Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

France: un centre commercial attaqué, les malfrats en fuite, pas de victime

Trois individus armés ont attaqué lundi un magasin d'un centre commercial de la région parisienne avant de prendre la fuite, un braquage qui n'a pas fait de victime et qui a provoqué une importante mobilisation policière.

Les trois malfaiteurs ont réussi à prendre la fuite et la police continue ses recherches pour les arrêter, selon des sources concordantes. Aucune indication n'était disponible à ce stade pour savoir si les braqueurs ont pu emporter un butin avec eux.

Ils ne sont plus dans le centre commercial Qwartz de Villeneuve-la-Garenne, dans la banlieue nord de Paris, a dit une source policière à l'AFP.

"Les fouilles dans le centre commercial sont terminées, les trois semblent avoir pris la fuite, les recherches se poursuivent hors du centre", a confirmé une source proche de l'enquête.

L'important dispositif policier mis en place autour du centre commercial a été levé, a rapporté une journaliste de l'AFP.

Les braqueurs avaient pénétré vers 06H30 (04H30 GMT) dans le magasin Primark (entreprise irlandaise de vente de vêtements).

"J'ai vu deux braqueurs, habillés en noir, les deux cagoulés. Ils étaient calmes, pas pressés", a raconté sur place Bruno Jahin, 20 ans, chargé d'approvisionner les distributeurs automatiques des bureaux du magasin Primark.

"Le plus grand faisait environ 1m80, armé d'un fusil, je pense un fusil à pompe. L'autre était plus petit", a relaté le jeune homme. "J'ai entendu plusieurs fois: +c'est un braquage, faut descendre+", a-t-il expliqué. "J'ai fait demi-tour, j'ai repris l'ascenseur". "C'est sûr qu'ils cherchaient de l'argent, c'est un magasin qui marche très bien".

"Il semblerait que parmi les trois suspects, un employé ait été reconnu", selon une source proche de l'enquête.

Selon une source policière, une employée du magasin Primark a été l'une des premières à donner l'alerte en envoyant "vers 07H00 (05H00 GMT) un texto à son copain pour lui dire qu'ils étaient pris en otages par deux hommes armés".

Le quartier est alors aussitôt bouclé et des policiers de l'unité d'élite du Raid, spécialistes des prises d'otages, envoyés sur place.

La majeure partie du centre commercial est rapidement évacuée tandis que des employés "effrayés" se cachent dans une cantine avant de pouvoir quitter les lieux sous protection des forces de l'ordre.

"Dix-huit personnes ont été évacuées vers 10H30 (08H30 GMT), l'une d'entre elles a eu un malaise mais il n'y a pas de blessés", a affirmé une source policière.

Ces personnes sont sorties dans le calme, une séquence qui rappelait par certains égards la fin de la prise d'otages dans un magasin cacher de Paris lors des attentats jihadistes de janvier.

Le souvenir de ces attaques (17 morts) reste vif en France. A l'époque, des unités du Raid avaient participé à la neutralisation des auteurs des attaques.

L'attaque lundi du centre commercial de Villeneuve-la-Garenne, attribuée par la police à des braqueurs, survient alors que la France et singulièrement la région parisienne, restent soumises au degré d'alerte le plus élevé face à la menace terroriste.

Depuis les attentats de janvier, 7.000 militaires sont déployés en France en soutien des forces de police. L'attaque armée de lundi s'est produite la veille de la fête nationale française du 14 juillet. Son traditionnel défilé militaire doit mettre à l'honneur cette année des unités d'élite des forces de l'ordre, dont le Raid.

pta-jmo-zap/fff/prh/jh

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.