DIVERTISSEMENT
13/07/2015 12:26 EDT

La coiffe autochtone sème la colère au Festival folk de Winnipeg

Sara Atnikov/Twitter

Le choix vestimentaire d'une jeune femme au Festival folk de Winnipeg a provoqué la colère de plusieurs festivaliers en fin de semaine.

Dené Sinclair raconte qu'elle se rendait à un concert avec des amis lorsqu'elle a aperçu une jeune festivalière qui portait une coiffe de chef autochtone et des peintures sur le visage.

« Je trouvais cela étonnant et vraiment déplacé », admet-elle.

Mme Sinclair, qui est elle-même Autochtone, explique qu'elle a ensuite abordé la personne arborant la coiffe pour lui parler de la signification culturelle et spirituelle de son accessoire à la mode, mais que la jeune femme a refusé de lui parler.

D'autres personnes se sont adressées à la jeune femme pour lui exprimer leur indignation, mais elle a complètement fermé les yeux et les oreilles à ce sujet, constate Dené Sinclair, qui a également relayé plusieurs messages sur Twitter demandant au festival d'interdire le port de la coiffe.

Selon les coutumes amérindiennes, les coiffes traditionnelles à plumes sont uniquement portées lors de cérémonies spéciales, et même là, elles sont réservées uniquement aux chefs, à des personnes qui sont en position d'autorité ou aux personnes qui en ont mérité le droit.

Pourtant, de plus en plus de gens portent ces coiffes lors d'évènements culturels, surtout aux festivals de musique.

C'est une tendance qu'ont remarquée les organisateurs du festival Bass Coast en Colombie-Britannique, qui ont décidé l'année passée d'interdire sur leur site les coiffes de guerre des Premières Nations et toutes les autres arborant des plumes.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 20 festivals artistiques à découvrir au Québec Voyez les images