Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Cameron veut plus de drones dans l'armée pour contrer la menace de l'ÉI

LONDRES — L'armée britannique devrait investir davantage dans l'achat de drones et dans les troupes d'élite pour contrer la menace du groupe terroriste État islamique, a affirmé lundi le premier ministre David Cameron.

Lors de la visite d'une base aérienne, lundi, M. Cameron a qualifié le terrorisme de menace grandissante sur le Royaume-Uni.

Alors que les responsables de la défense effectuent une révision stratégique des politiques, le premier ministre britannique leur a demandé de considérer d'augmenter les effectifs d'assistance rapide à la lutte antiterroriste. Il a mentionné la nécessité d'avions espions, de drones et de forces spéciales.

Il a ajouté que le pays faisait face à de nouvelles menaces, dont le terrorisme, les cyberattaques et «une Russie de plus en plus agressive».

L'armée britannique a dû composer avec un budget restreint ces dernières années, conséquence des coupes dans les dépenses publiques imposées par le gouvernement Cameron. La semaine dernière, toutefois, le président du Trésor, George Osborne, s'est engagé à consacrer deux pour cent du revenu national à la défense. Ce taux est un objectif fixé par l'OTAN qu'ont déjà atteint quelques membres de l'alliance.

Des avions de chasse britanniques ont effectué des frappes en Irak. Récemment, M. Cameron et ses ministres ont laissé entendre que la mission pourrait s'étendre en Syrie, ce qui risque de provoquer l'opposition. En septembre, le Parlement a voté pour une mission en Irak, et non en Syrie. Certains députés craignent que cette intervention soit perçue comme un geste de soutien envers le président syrien, Bachar el-Assad.

Le secrétaire de la Défense, Michael Fallon, a assuré lundi que le gouvernement ne précipiterait pas cette décision et que les députés auraient la chance de voter, «en temps opportun».

Jill Lawless, The Associated Press

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.