Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Aperçu des conditions de l'entente Grèce-Euro

ATHÈNES, Grèce — La Grèce a conclu avec les autres pays de la zone euro une entente de principe lui accordant 85 milliards d'euros en échange de mesures économiques qu'elle doit faire adopter au Parlement.

Un communiqué du sommet de l'Eurogroupe précise toutefois que ces «exigences minimales» ne garantissent pas l'issue positive des négociations sur le plan de sauvetage.

Voici un aperçu des mesures que doit adopter Athènes.

-Une réforme de la taxe de vente et de l'assiette fiscale pour augmenter les revenus de l'État

-Une réforme du régime de prestations à la retraite

-Une garantie de l'indépendance de l'agence statistique du pays

-Une réforme du système de justice civile avant le 22 juillet pour le rendre plus efficace et économique

-Des lois assurant des coupes «quasi automatiques» si le gouvernement n'atteint pas les objectifs fixés en matière d'excès budgétaires

-Une réforme du marché intérieur pour permettre, par exemple, d'ouvrir les commerces le dimanche, de prolonger les périodes de soldes, de modifier le marché du lait et de la boulangerie

-La privatisation du réseau de transport public

-L'ouverture de secteurs d'activités protégés

-La privatisation du réseau de transport d'électricité, à moins d'une solution de rechange également efficace

-Une réforme du marché du travail, notamment des négociations collectives, des actions syndicales et de la réglementation du licenciement collectif

-L'élimination des prêts à trop faible rendement et le resserrement de la gouvernance des banques

-La réduction des coûts de la fonction publique

-Le retour des trois institutions superviseures des réformes de revenir à Athènes, soit la Banque centrale européenne, le Fonds monétaire international et la Commission européenne: le gouvernement doit consulter ces institutions avant de soumettre au Parlement ou à la population tout projet de loi lié à l'entente.

-La création d'un fonds - basé en Grèce - chargé de privatiser les actifs grecs pour générer 50 milliards d’euros

The Associated Press

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.