DIVERTISSEMENT
11/07/2015 07:19 EDT | Actualisé 11/07/2015 07:19 EDT

Un Centre Bell bien sage pour RBO (PHOTOS)

Rock et Belles Oreilles a relevé le défi du Centre Bell avec grande efficacité, vendredi, lors de la première de ses deux représentations du spectacle The Tounes, dans le cadre du Festival Juste pour rire. Chansons légendaires, projections léchées, blagues délicieusement méchantes ; on n’a pas grand-chose à redire sur la prestation comme telle, fortement inspirée de ce que RBO avait offert sur la Place des Festivals, l’an dernier.

Par contre, force est d’admettre que la magie n’était pas aussi présente vendredi que lors du tour de chant extérieur de 2014. Cette fois, les 8000 personnes massées dans l’amphithéâtre n’ont que très peu bougé et chanté avec les quatre humoristes aux manteaux jaunes, se contentant de regarder sagement nos hommes se démener, alors que, la dernière fois, les artistes semblaient en véritable communion avec le public. Le Quartier des Spectacles presque en entier vibrait alors de plaisir.

L'article se poursuit après la galerie photos.

Galerie photo RBO au Centre Bell - 10 juillet 2015 Voyez les images

Vendredi, on s’attendait pourtant à entendre un concert de voix s’élever sur les plus grands classiques musicaux qui ont marqué l’histoire de RBO. Mais on aurait dit que l’assistance était gelée, figée. Pourtant, des applaudissements très nourris ont accueilli et conclu les morceaux les plus célèbres mais, pendant ceux-ci, les gradins n’étaient pas animés d’une grande fébrilité, comme si les gens étaient heureux de simplement observer les vedettes de la soirée, de leur laisser toute la place.

Dès son entrée en scène, l’irrévérencieux quatuor a été gratifié d’une chaleureuse ovation debout, et les sourires radieux des quatre «mauvais garçons» laissaient présager un party endiablé. Le groupe a livré la marchandise haut la main et paraissait très heureux d’être là, mais la foule n’a pas répondu à son enthousiasme.

De tout pour tous

Mentionnons toutefois que l’ovation finale a été débordante d’amour. On a senti un regain d’énergie au rappel, sur Arrête de boire, puis Le clown est triste. Évidemment, Le feu sauvage de l’amour, juste avant l’entracte, a dégourdi quelques jambes et délié quelques langues, la Chanson du crastillon du chef Groleau (Bruno Landry) a obtenu un succès certain et La chanson du pardon (actualisée avec des références à Gaétan Barrette, Pierre Karl Péladeau et Philippe Couillard) et Bonjour la police (et ses lieutenant Boulianne et sergent Bigras en pantalons de camouflage, un clin d’œil savoureux) auraient pu générer un beau délire si la salle avait eu le cœur plus festif. Un sympathique instant s’est produit lors du numéro du répondeur, lorsqu’une partie de l’auditoire a hurlé le fameux «Biiip!» en simultané avec André Ducharme, juste après le «Pensez-y!» d’usage. Mais on aurait tant voulu qu’il en soit ainsi pendant les deux heures quinze de The Tounes

À 20h26, dix minutes après l’ouverture, on avait déjà eu un gag salace sur Joël Legendre et un gentil reproche à Denis Coderre et son omniprésence dans les événements mondains. «C’est quoi la différence entre Dominic Arpin et Joël Legendre? J’aime mieux faire du jogging avec Dominic Arpin». Le ton était donné. Pratiquement à chaque segment, les RBO ont décoché des flèches aux manchettes récentes de l’actualité. Marie-Chantal Toupin «l’Islamofolle», Maxime Landry «le beau serin», Marie-France Bazzo, Maripier Morin, Stephen Harper, Justin Trudeau, la Commission Charbonneau, la Corée du Nord et le Plateau Mont Royal ont tous été éclaboussés. Il y en avait réellement pour tous.

Ça rend rap, Re fe le me le, le pot-pourri country des Frères Labotte, la mythique capsule Génies en herbe opposant St-Jean-de-Bosco et Entrailles-les-Oies, les Suppositoires de Satan et leur «poème» On veut du rot, un gâteau «forêt brun» très peu appétissant du chef Groleau et ses «produits du tiroir», C’est nono Noël, les plus grands tubes des Feux sauvages et des Bidules, une hilarante apparition de la famille Slomeau, une (trop longue) parodie de jeu-questionnaire, C’est not’ toune, dédiée aux titres moins connus de RBO, et une zamboni peinte «polisse» pendant Bonjour la police ont, entre autres, égayé le spectacle. Tout était très réussi.

Richard Z.Sirois a effectué quelques apparitions fort intéressantes, et Mitsou est aussi venue accompagner ses amis de RBO sur Gros Méchant Loup, dans la peau de la cousine de la sexy Mulo. Mais cette dernière nous a gâtés d’un petit mot sur vidéo. Chantal Francke, qui évolue loin des projecteurs depuis plusieurs années et ne désirait pas être de l’aventure The Tounes, avait enfilé les tenues suggestives de son personnage de chanteuse française de l’époque RBO et joué le jeu, comme si Mulo était retenue en France. Chantal Francke, présente au Centre Bell, a ensuite reçu une longue ovation lorsque Mitsou lui a rendu hommage.

En deuxième partie, les RBO ont tenté à maintes reprises, toujours sous le couvert de l’humour et sous les traits de leurs personnages, de faire lever le parterre, et y sont parvenus à moitié. On ne peut pas leur reprocher de ne pas avoir essayé…

RBO se produit à nouveau au Centre Bell ce soir, samedi, 11 juillet. Hahaha.com pour informations.