DIVERTISSEMENT
11/07/2015 05:51 EDT | Actualisé 11/07/2015 05:51 EDT

«Insolita» à Juste pour rire : le rythme en vedette (VIDÉO/PHOTOS)

Le Festival Juste pour rire propose un premier événement extérieur d’envergure dimanche, sur la Scène Vidéotron, avec Insolita, une fresque à grand déploiement menée par la cadence des tambours, où se marient performances musicales et acrobatiques.

Robert Dethier, créateur de l’œuvre, qui a jadis été, entre autres, batteur et auteur-compositeur pour le groupe La Chicane, Boom Desjardins et Claude McKenzie, percussionniste pour le Cirque du Soleil et qui a mis sur pied l’école Jam Expérience, définit Insolita comme une expérience à mi-chemin entre le Cirque du Soleil, Blue Man Group et Beat.

«Insolita est un spectacle qui met en vedette le rythme, la percussion, indique Robert Dethier, créateur de l’œuvre. Mais ce n’est pas juste un show de percussions, parce qu’il y a aussi des danseurs, des chanteurs, des numéros de cirque. Ça s’appelle Insolita parce qu’on joue de la musique, mais de façon insolite.»

Par exemple, les 17 artistes d’Insolita peuvent jouer du tambour dans l’eau, dans l’une des piscines installées sur scène, ou avec du feu, ou s’exercer à divers instruments inusités. Des projections sur écran multimédia inspirées des quatre éléments (l’air, la terre, l’eau et le feu) changent constamment l’atmosphère d’un tableau à l’autre, au gré de la quinzaine de chansons originales écrites par Robert Dethier, spécialement pour Insolita. Une seule relecture, un succès de Michael Jackson réarrangé, fait partie de la trame sonore.

La production, que Robert Dethier décrit comme un work in progress, a été montée pour la première fois il y a 10 ans et, depuis, s’est sporadiquement arrêtée à Chicoutimi, à Vancouver, aux États-Unis et au Moyen-Orient, mais n’avait encore jamais été présentée à Montréal.

L’équipe songe présentement à l’implanter prochainement en permanence dans une ville du Québec, peut-être à la Cité de l’énergie de Shawinigan ou ailleurs.

«C’est un spectacle qui exige une grosse scène. Il faut commencer à tout mettre en place la veille. Ça prend une grosse machine, un gros festival, parce que c’est assez grandiose», conclut Robert Dethier.

Insolita, dimanche, 12 juillet, 21h, sur la Scène Vidéotron du Festival Juste pour rire.

Fura Dels Baus ensuite

Autre date à encercler à votre agenda si vous aimez les prestations qui sortent des sentiers battus : la troupe catalane La Fura Dels Baus envahira à son tour la Scène Vidéotron avec sa mise en scène Infierno Sabroso les 17, 18 et 19 juillet, à 21h, et promet de transformer la Place des Festivals en «descente aux enfers festive décalée et démesurée». Les prouesses y seront nombreuses : filet humain suspendu à plus de 50 mètres de hauteur, grande roue surdimensionnée, sablier géant, il y aura de quoi s’extasier partout. Dans le ciel, plus de 60 figurants survoleront la foule, pendant que, sur terre, les DJs de Black Tiger Sex Machine assureront une ambiance électro.

La formation Fura Dels Baus a été fondée en 1979 avec l’objectif de briser les frontières entre théâtre, opéra et spectacle de rue, et de fracasser le quatrième mur qui se dresse entre les artistes sur les planches et les spectateurs. En 1990, Fura Dels Baus lançait son premier spectacle, Noun, une création «apocalyptique et immersive». Le groupe revenait en 2008 avec une revisite dadaïste de La Flûte enchantée, de Mozart, à l’Opéra Bastille, à Paris. En 2014, Fura Dels Baus se produisait en cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de la jeunesse à Nanjing, en Chine.

Galerie photo «Insolita» à Juste pour rire Voyez les images