DIVERTISSEMENT
11/07/2015 07:33 EDT | Actualisé 11/07/2015 07:33 EDT

Juste pour rire : la colère selon... François Bellefeuille

PC

Ne vous fâchez pas si vous n’avez pas encore vos billets. François Bellefeuille anime ce soir et demain le premier gala du 33e Festival Juste pour rire. Dans la foulée du grand thème des sept péchés capitaux, Bellefeuille a hérité du sujet de la colère, qu’il compte exploiter à différentes sauces avec ses invités Laurent Paquin, Sylvain Larocque, Billy Tellier, Mariana Mazza, Dominic Paquet, Korine Côté, Julien Tremblay et Guillaume Wagner (qui sera des sept galas). Et il mettra bien sûr de l’avant son irrésistible personnage de gueulard absurde et joyeusement détraqué.

«Moi, je ne trouve pas ça laid, la colère, précise François Bellefeuille. J’ai beaucoup de colériques dans ma famille, et je trouve ça le fun! Je trouve que ça fait des gens colorés. Et, souvent, la colère fait avancer les choses. De nos jours, on dirait que ça prend de la colère pour qu’on nous écoute, pour que les choses avancent. Chaque fois que tu regardes quelque chose d’extraordinaire, c’est sûr qu’il y a eu une colère, quelque part, pour que ça se fasse comme il faut! (rires)»

«Il faut prendre ça avec un grain de sel, enchaîne le récipiendaire du Spectacle d’humour de l’année au dernier Gala les Olivier. Tout le monde a besoin de se défouler, dans la vie. Tant que ça ne nuit pas aux autres…»

François Bellefeuille se considère-t-il lui-même prompt, bouillant, caractériel? Honnête, il admet être «bougonneux».

«Les gens ont peut-être l’impression que je suis toujours en train de crier, reconnaît l’humoriste. J’ai la mèche courte et, si on me fait vraiment quelque chose, la colère n’est pas loin et je peux la sortir assez facilement. Le négativisme n’est pas loin, je vois souvent le verre à moitié vide. Mais en humour, c’est positif! Ça fait avancer les choses…»

François rage quand…

François Bellefeuille n’a pas été gêné de nous dresser une liste sommaire des situations qui le font rager. Ses exemples irritent de toute façon la plupart d’entre nous.

«Les gens incompétents, je trouve ça effrayant. Quand tu es payé pour faire quelque chose, et que tu n’es pas capable de le faire comme il faut, que tu n’es pas concentré à ton travail et que tu ne prends pas ça à cœur, ça me met en maudit. Moi, je suis quelqu’un qui aime faire les choses comme il faut ; j’ai déjà été commis de stationnement, et je le faisais très bien. Je suis un perfectionniste…»

«Je suis aussi très impatient, avoue François. Attendre me met en colère. Même à l’urgence, je peux être très en colère si j’attends, et ce, même si j’ai déjà travaillé dans le domaine médical, comme vétérinaire. Les gens ont parfois l’impression que les médecins se pognent le cul, mais c’est loin d’être le cas. Donc, je sais très bien comment les choses peuvent prendre du temps, mais je suis impatient pareil.»

«Aussi, si je suis dans une file d’attente, que le commis devant moi reçoit un appel téléphonique et que la personne qui appelle passe avant moi, ça me met hors de moi, termine Bellefeuille en rigolant. Moi, je suis là, je suis présent ; ceux qui sont au téléphone, qu’ils tombent sur la boîte vocale et qu’ils attendent chez eux! (rires)»

Le gala Juste pour rire de François Bellefeuille est présenté ce soir et demain, 11 et 12 juillet, à 18h30 et 21h30, à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. Hahaha.com pour plus de détails.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Festival Juste pour rire - Arts de la rue Voyez les images