DIVERTISSEMENT
08/07/2015 11:19 EDT | Actualisé 08/07/2015 11:20 EDT

Le minion, le klingon ou le ulam: ces langues inventées pour le cinéma (VIDÉOS)

DR

"Como Taki?". Voilà ce que vous pourrez entendre dans les salles obscures dès le 10 juillet et la sortie des Minions. Cette phrase, mélange improbable d'italien et de japonais, sort de la bouche de ces petits humanoïdes jaunes adeptes de la salopette. Elle veut dire "comment ça va?" et fait partie du vocabulaire Minions.

Ces petits personnages, apparus pour la première fois dans le dessin animé Moi, moche et méchant, sortent de l'imaginaire du studio d'animation français Mac Guff et font un tabac. Parmi leurs armes de séduction massives, cette langue développée par Pierre Coffin, créateur des Minions, composée de mots et d'onomatopées.

Interrogé par Le Point, il revient sur la genèse de ce langage: "La langue minion est un mélange de sons venus du français, de l'anglais, de l'espagnol et de l'italien. Il y a un peu d'indonésien et de japonais aussi. J'ai commencé à mélanger des mots d'origines différentes. Puis à les inventer. (...) On comprend les Minions à travers leur gestuelle, la situation, c'est un mélange."

Et le minion n'est pas la première langue inventée pour le cinéma. En 2013, le Centre Pompidou accueillait lors du Nouveau Festival, des langues inventées notamment pour le 7e art. Bernard Blistène, directeur artistique de l'événement, expliquait à l'époque: "les langues inventées ont trouvé avec le cinéma un medium et un terrain de développement privilégiés.

"Alors même qu’il part d’un réel reproduit ou imité, le cinéma, grâce à sa capacité à mobiliser et susciter l’imaginaire, est aussi le lieu de toutes les fictions et sciences-fictions, générant des mondes parallèles et leurs propres langages. Ce sont les Klingons de Star Trek ou les Esperantistes d’Incubus."

À Hollywood, créateur de langues pour le cinéma est même devenu un métier: Conlanger. Ces spécialistes, qui inventent de nouveaux dialectes avec une structure logique, sont à l'œuvre sur les blockbusters de science-fiction comme Avatar ou John Carter ou à la télévision avec le Dothraki, le moyen de communication du peuple du même nom inventé par George R. R. Martin dans Game of Thrones.

Découvrez quelques langues crées pour le cinéma ci-dessous:

  • Le Seigneur des Anneaux
    Le Seigneur des Anneaux

    J.R.R. Tolkien a inventé plus de dix langues et autant d'alphabets pour échafauder l'univers du Seigneur des Anneaux. Il aurait été dommage de ne pas en profiter dans la trilogie de Peter Jackson adaptée de l'œuvre du professeur.



    Chaque peuple de la Terre du milieu possède donc sa propre langue, vous avez le choix entre le sindarin ou le quenya pour les Elfes, le khuzdul pour les Nains ou l’adûnaic pour les hommes de Númenor.
  • La Guerre du feu
    La Guerre du feu

    La Guerre du feu, réalisé par Jean-Jacques Annaud, et sorti en 1981, a beau être un film d'aventure préhistorique, il n'est pas dépourvu d'intérêt en matière de langage.



    Le Ulam, parlé par les trois tribus d'Homo sapiens suivies par le spectateur, a été inventé par le linguiste Anthony Burgess. Même si les dialogues ne sont pas intelligibles, ils ont pourtant été conçus de manière réfléchie.
  • Avatar
    Avatar

    James Cameron ne veut rien laisser au hasard. Pour sa saga de science-fiction, le réalisateur américain a demandé au linguiste Paul Frommer d'inviter un dialecte que les habitants de Pandora, les Na'vi, pourront utiliser pour casser du sucre sur le dos des humains.



    Frommer s'est reposé sur la grammaire de certaines langues polynésiennes mais a surtout pu compter sur le zèle de Cameron qui avait déjà écrit des mots et composé des chansons en langage Na'vi.
  • Blade Runner
    Blade Runner

    Quelle langue parle-t-on dans le Los Angeles de Blade Runner en 2019? Beaucoup d'anglais contemporain, certes, mais aussi un joli melting pot imaginé par l'acteur Edward James Olmos.



    Celui qui incarne Gaff mélange hongrois, allemand, français et quelques ingrédients inconnus pour s'exprimer dans une sorte de melting pot vaguement proche de l'Esperanto.
  • John Carter
    John Carter

    Disney a peut-être perdu beaucoup d'argent avec cette libre adaptation du roman de science-fiction Une princesse de Mars de l'auteur américain Edgar Rice Burroughs, paru en 1917, mais le cinéma s'est enrichi d'un nouveau langage.



    Le Barsoomian a été élaboré par... Paul Frommer qui a du prendre en compte le fait que les pronoms et les prépositions s'échangent de manière télépathique.
  • Jacky au Royaume des Filles
    Jacky au Royaume des Filles

    En république populaire et démocratique de Bubunne, on parle français avec quelques nuances comme le confiait Riad Sattouf le réalisateur au HuffPost. "J'ai féminisé certains mots d'autorité. Un blasphème est devenu une 'blasphèmerie'."



    "Ce jeu sur le langage me permet de renvoyer une image miroir du monde réel", poursuit le cinéaste. "Dans l'autre sens, j'ai pris une culotte, qui est plutôt sexy quand on l'associe à une fille, pour la transformer en 'culottin', qui s'avère un peu ridicule quand il est porté par des hommes se trémoussant devant une glace."
  • Star Trek
    Star Trek

    Le klingon est parlé par une espèce extraterrestre venant de la planète Kronos. Il apparaît notamment dans le sixième volet de la franchise Star Trek (Terre inconnue). Elle a été élaborée par Marc Okrand.



    Sa grammaire inspirée des langues amérindiennes et sa syntaxe agglutinante n'ont pas empêché les Trekkies de l'apprendre (grâce notamment à l'institut dédié fondé aux États-Unis qui dispense un enseignement reconnu).
  • Star Wars
    Star Wars

    Tout le monde aurait besoin d'un bon droïde protocolaire pour être capable de décrypter le langage d'un Hutt. Dans le bestiaire de Star Wars, George Lucas offre à Jabba quelques mots de vocabulaire dans sa langue natale.



    Des répliques que le réalisateur n'a jamais offert aux pauvres Ewoks, peluches d'Endor pourtant portées sur la chanson. Enfin, seule une fréquentation assidue de Chewbacca permet à Han Solo de décrypter le wookie.

  • Le Jour où la Terre s'arrêta
    Le Jour où la Terre s'arrêta

    Dans ce classique pacifiste de la science-fiction réalisé par Rober Wise, Klaatu et le robot Gort débarquent à Washington en soucoupe afin d'avertir la population qu'elle courre à sa perte.

    Peu de dialogue en langue extraterrestre mais une phrase devenue culte: "Klaatu barada nikto" imaginée par le scénariste du film Edmund H. North et dont le sens précis reste sujet à interprétation.

  • Les Minions
    Les Minions

    "Helopo" pour "au secours", "mina" pour le chat, le langage des Minions est un des atouts qui expliquent leur domination au box-office. Universal l'a exploité en sortant notamment une application mobile qui permet de les traduire.



    "La manière dont je procède techniquement, c’est que je m’enregistre au ralenti pour me remettre ensuite à vitesse réelle – qui semble du coup accélérée", explique Pierre Coffin dans Le Point. "Tout est dans la mélodie des sonorités: on comprend instinctivement."

Bande-annonce des Minions:

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo
10 dessins animés français à consommer
Voyez les images