NOUVELLES
07/07/2015 14:53 EDT | Actualisé 07/07/2016 01:12 EDT

Wimbledon - Finale avant la lettre entre Serena et Sharapova

Le tournoi de Wimbledon a accouché mardi d'une demi-finale de rêve entre Serena Williams et Maria Sharapova qui ont bataillé ferme pour en arriver là, tout comme Novak Djokovic, pas passé loin d'une élimination en huitièmes de finale.

La reine de la WTA Williams s'est fait violence pour s'imposer (3-6, 6-2, 6-3) contre la Bélarusse Victoria Azarenka, ex-N.1 mondiale qui retrouve petit à petit son meilleur niveau après une grave blessure à un pied en 2014.

Dans ce duel de cogneuses, l'Américaine de 33 ans a pu une fois de plus compter sur son service (17 aces). Elle reste plus que jamais en course pour décrocher un 21e titre majeur - le 6e à Londres - et se rapprocher du Grand Chelem sur une année calendaire.

"C'était un match très sympa, dans une superbe atmosphère. On souriait toutes les deux, on a apprécié. J'ai eu des hauts et des bas depuis trois rencontres, mais je suis toujours en vie", a commenté Serena, qui a signé sa 26e victoire d'affilée en Grand Chelem, en comptant ses succès à l'US Open, Melbourne et Roland-Garros.

La cadette des soeurs Williams sera la grande favorite de son prochain duel contre Sharapova, qu'elle a battu lors de leurs seize dernières confrontations (17-2 au total).

Mais la "Tsarine" a un petit espoir sur le gazon londonien, où elle avait dominé Serena en finale en 2004 pour décrocher son premier trophée majeur à 17 ans.

Elle devra pour cela être plus rigoureuse que face à Coco Vandeweghe (47e). Lors de cette rencontre retardée par la pluie, Sharapova a eu beaucoup de mal à conclure, commettant de grossières erreurs au moment de servir pour le match à 5-4 dans le deuxième set.

A 3-3 dans le tie-break, les accélérations de l'Américaine de 23 ans ont fait mouche, égalisant à une manche partout devant un public du central ravi d'avoir droit à un troisième set.

- 20e demi-finale majeure pour Sharapova -

Sans doute un peu entamée par ses efforts, Vandeweghe a ensuite subi la puissance de Sharapova qui a fait la course en tête (3-0). Mais comme trop souvent dans cette partie, la Sibérienne de 28 ans s'est montrée friable quand il s'agissait de porter l'estocade.

"Parfois, quand on y est presque, en position de l'emporter, ça traine un peu, ça a du mal à basculer dans votre sens", a philosophé la Russe, qui s'est offert une vingtième demi-finale en Grand Chelem, la première à Londres depuis 2011.

Jusqu'ici, Sharapova, qui compte cinq titres majeurs sur toutes les surfaces, en a remporté la moitié.

Peu avant le succès de Sharapova, l'Espagnole Garbine Muguruza, 20e mondiale, s'est qualifié pour la première fois de sa carrière dans un dernier carré en "Majeurs" en battant la Suissesse Timea Bacsinszky, 15e (7-5, 6-3).

Elle devient la première Espagnole à intégrer les demies de Wimbledon, depuis Arantxa Sanchez-Vicario en 1997.

La longiligne (1,82 m) et puissante joueuse ibérique affrontera Agnieszka Radwanska (13e). La Polonaise, finaliste à Wimbledon en 2012, a dominé l'Américaine Madison Keys (21e) en trois sets en 7-6 (7/3), 3-6, 6-3.

- Djokovic bombardé d'aces -

Le Serbe Djokovic a lui échappé à une élimination inattendue avant les quarts. Le N.1 mondial et tenant du titre, était le seul cador du tableau masculin à ne pas avoir validé lundi son billet pour les quarts, où il figurera pour la vingt-cinquième fois d'affilée en Grand Chelem.

Son duel épique disputé sur le court N.1 contre le serveur Sud-Africain Kevin Anderson, 14e mondial, avait été interrompu par la nuit juste après son égalisation à deux manches partout.

Au lieu de s'entraîner comme ses camarades du Top 4 Roger Federer, Andy Murray et Stan Wawrinka, le "Djoker" a donc dû encore batailler durant 45 minutes d'une rare intensité pour l'emporter 6-7 (6/8), 6-7 (6/8), 6-1, 6-4, 7-5 contre le bombardier Anderson (40 aces).

"Il a vraiment très bien servi. C'était peut-être le match le plus difficile à Wimbledon de ma carrière", a commenté "Nole", opposé au prochain tour à sa victime préférée, le Croate Marin Cilic, contre lequel il n'a jamais perdu en 12 rencontres.

ll/tba