NOUVELLES
07/07/2015 07:38 EDT | Actualisé 07/07/2016 01:12 EDT

Tsipras se rend à Bruxelles pour tenter de relancer les négociations

BRUXELLES - Le premier ministre grec Alexis Tsipras est attendu mardi à Bruxelles pour une rencontre d'urgence des leaders de la zone euro.Il devrait tenter de profiter de sa victoire écrasante lors du référendum de dimanche pour essayer d'obtenir de nouvelles concessions de la part des créanciers européens, dans le cadre d'un nouveau programme de renflouement pour son pays lourdement endetté.M. Tsipras devrait déposer de nouvelles propositions pour tenter de relancer le dialogue. Une entente devra intervenir très rapidement pour empêcher les banques grecques d'imploser et le pays d'être possiblement éjecté de la zone euro.La situation de la Grèce s'est aggravée un peu plus lundi quand la Banque centrale européenne a refusé d'augmenter son aide aux banques grecques, qui ne doivent rouvrir leurs portes que jeudi.Une rencontre des ministres des Finances organisée à la hâte — et à laquelle participera le nouveau ministre grec des Finances, Euclid Tsakalotos — doit avoir lieu en après-midi. Un sommet des leaders suivra.Rien ne permet toutefois de croire à un déblocage rapide. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a prévenu que les rencontres de mardi ne doivent servir qu'à se familiariser avec les positions des différents intervenants.L'économie grecque est essentiellement paralysée par la crise. Les petites entreprises, qui n'ont plus accès aux cartes de crédit ou à leurs comptes bancaires, doivent se fier aux transactions en liquide effectuées avec leurs clients, qui eux refusent de se départir des euros qu'ils ont en poche. Les fournisseurs demandent eux aussi d'être payés sur le champ.Le premier ministre espagnol Mariano Rajoy a déclaré tard lundi que la Grèce, si elle veut demeurer au sein de la zone euro, doit mettre en place des réformes qui relanceront l'économie et rembourseront sa dette. M. Tsipras a déjà dit qu'il serait prêt à augmenter les impôts et à réduire les dépenses pour obtenir un soulagement de la dette de son pays.