NOUVELLES
07/07/2015 12:36 EDT | Actualisé 07/07/2016 01:12 EDT

Tour de France - Coup double pour Tony Martin dans l'étape des pavés

Les favoris du Tour de France ont terminé ensemble l'étape des pavés du Tour de France gagnée par l'Allemand Tony Martin, nouveau maillot jaune de l'épreuve, mardi à Cambrai.

Le Britannique Chris Froome n'a rien cédé à ses adversaires directs dans cette étape dont la principale victime a été le Français Thibaut Pinot, distancé de plus de trois minutes.

Redoutée par tous les grimpeurs au vu des dégâts provoqués par les pavés l'an passé, la journée s'est conclue par un match nul entre les favoris. Au grand soulagement de l'Espagnol Alberto Contador et du Colombien Nairo Quintana, proches de la rupture sur le dernier secteur.

L'Italien Vincenzo Nibali, qui s'était montré supérieur en 2014, a tenté à plusieurs reprises d'accélérer sans provoquer la décision au long des 13,3 kilomètres répartis sur sept secteurs.

A chaque fois, Froome est revenu sur le vainqueur sortant du Tour. "On a essayé de passer à l'attaque mais c'était difficile. Ce n'étaient pas les mêmes conditions que l'an dernier quand les pavés étaient détrempés", a reconnu Nibali.

Froome, qui a impressionné par sa détermination et ses ressources physiques, quitte à frôler plusieurs fois la chute, est sorti en bonne position du dernier secteur, dans le sillage de son coéquipier Geraint Thomas.

Le Kenyan blanc a essayé ensuite de provoquer une cassure, à 9 kilomètres de l'arrivée, pour distancer Contador et Quintana. Mais il n'a pas trouvé de collaboration dans le petit groupe de tête (Stybar, Van Avermaet, Nibali, Van Garderen, Barguil, Valverde, Thomas).

- Pinot recule encore -

Après le regroupement, Martin, qui avait été retardé auparavant par une crevaison et avait dû prendre le vélo d'un coéquipier, s'est dégagé en solitaire au seuil des 3 derniers kilomètres de cette étape de 223,5 kilomètres, la plus longue de cette édition.

Le triple champion du monde du contre-la-montre a préservé une courte avance (3 sec) sur son compatriote John Degenkolb, le Slovaque Peter Sagan et le Belge Greg Van Avermaet.

L'Allemand né à Cottbus, qui n'avait encore jamais porté la tunique de leader dans le Tour de France, est devenu le quatrième maillot jaune en quatre jours (après Dennis, Cancellara et Froome).

Âgé de 30 ans, Martin a enlevé son cinquième succès d'étape dans le Tour, son deuxième dans une étape en ligne. Il s'était déjà imposé l'an dernier à Mulhouse après un long raid à travers les reliefs des Vosges.

"J'ai joué de malchance hier (lundi). Aujourd'hui, tout a changé. C'est grandiose !", s'est exclamé le nouveau leader du Tour, privé du maillot jaune deux jours de suite à cause des bonifications. Pour 6 centièmes de seconde seulement, lundi, au sommet du mur de Huy.

La journée entre la Belgique et la France, troublée par quelques gouttes de pluie dans la dernière heure, s'est conclue de façon désastreuse pour le troisième du Tour de France 2014.

Pinot, déjà en retard les deux jours précédents, a été victime de deux incidents mécaniques, le premier (un problème de dérailleur) à 18 kilomètres de l'arrivée. Esseulé et dépanné tardivement, il est arrivé, moral en berne, au sein d'un groupe d'attardés.

"C'est bien parti pour être pareil qu'en 2013", a déploré le jeune Français (25 ans), qui avait vécu un calvaire cette année-là après des débuts prometteurs en 2012.

Au classement général provisoire, Pinot est désormais relégué à plus de six minutes.

jm/bvo