NOUVELLES
07/07/2015 15:34 EDT | Actualisé 07/07/2016 01:12 EDT

Massacre de Srebrenica: vote à l'ONU renvoyé à mercredi, menace de veto russe

Le Conseil de sécurité de l'ONU a repoussé à mercredi le vote d'une résolution commémorant le 20e anniversaire du génocide de Srebrenica, la Russie menaçant d'y opposer son veto, selon des diplomates.

La réunion du Conseil, prévue mardi à 10H00 puis à 15H00 locales (19H00 GMT) aura finalement lieu mercredi matin. Entretemps, les négociations doivent continuer pour tenter de sortir de l'impasse.

Le texte, s'il était adopté, serait la première résolution spécifique sur le génocide de 1995, vingt ans presque jour pour jour après le massacre de milliers de musulmans par les forces serbes de Bosnie commandées par le général Ratko Mladic.

Le projet de résolution, proposé par le Royaume-Uni, "condamne le plus fermement possible le génocide commis à Srebrenica". Il affirme que la reconnaissance de ce dernier est "une condition préalable à la réconciliation" en Bosnie et condamne toute négation du génocide.

Selon le texte, le Conseil "salue les efforts pour enquêter sur et poursuivre tous ceux qui sont accusés de graves violations des droits humanitaires internationaux pendant le conflit en Bosnie, y compris le génocide à Srebrenica".

Le Conseil demande que tous les pays coopèrent avec la justice internationale, soutient les accords de paix de Dayton de 1995 et "réaffirme l'importance de tirer les leçons de l'échec des Nations unies à prévenir le génocide à Srebrenica".

La Russie affirme que ce texte risque d'aggraver les divisions et qu'il insiste trop lourdement sur les méfaits commis par les Serbes de Bosnie. Des responsables serbes de Bosnie ont demandé à Moscou de mettre son veto à ce texte, jugé "anti-Serbes".

Quelque 8.000 hommes et garçons musulmans ont été tués en juillet 1995 à Srebrenica par les forces serbes de Bosnie, peu avant la fin de la guerre inter-communautaire de 1992-95. L'enclave de Srebrenica avait été déclarée zone protégée par l'ONU mais les Casques bleus néerlandais ont été incapables de la défendre.

Il s'agit de la plus grave atrocité commise en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

Ce massacre est qualifié de génocide par la justice internationale --Tribunal international pour l'ex-Yougoslavie et Cour pénale internationale-- mais les responsables serbes de Bosnie refusent ce qualificatif.

Le président de la Republika Srpska (RS), l'entité serbe de Bosnie, Milorad Dodik, a affirmé samedi que le génocide était un "mensonge".

Les cérémonies de commémoration auront lieu le 11 juillet en Bosnie. A cette occasion, 136 victimes identifiées seront enterrées au mémorial de Srebrenica.

avz/elm