NOUVELLES
07/07/2015 10:46 EDT | Actualisé 07/07/2016 01:12 EDT

Les forces syriennes appuyées par le Hezbollah assiègent Zabadani

DAMAS, Syrie — Appuyées par des combattants du Hezbollah, les forces d'élite syrienne ont assiégé un complexe rebelle dans les montagnes près de la frontière avec le Liban, samedi.

La prise de Zabadani pourrait resserrer l'emprise du Hezbollah sur les territoires syriens qui bordent le Liban et renforcer le contrôle du gouvernement sur l'autoroute entre Beyrouth et Damas.

Zabadani est aux mains des rebelles depuis peu après le début de la crise syrienne, en mars 2011. Le conflit en Syrie a tué plus de 220 000 personnes et blessé au moins un million d'autres, selon l'ONU.

Probablement en réplique au siège, les rebelles ont frappé dans plusieurs quartiers de Damas, dont le district central de Bagdad Street. Un obus a atteint le célèbre hôtel Dama Rose, anciennement appelé Le Méridien, près du chic quartier d'Abu Rummaneh. Des fenêtres de l'hôtel ont volé en éclats.

D'après l'agence de nouvelles de l'État, une personne a été tuée et deux ont été blessées.

La chaîne de télévision du Hezbollah, Al-Manar, a diffusé des images montrant de la fumée s'élevant de Zabadani alors que des obus et des missiles s'abattaient sur la ville. Al-Manar a affirmé que les troupes du Hezbollah et du gouvernement syrien avaient pris la ville d'assaut sur plusieurs fronts et capturé le château Tal durant l'après-midi. Les rebelles battaient en retraite, a dit la station.

La télévision d'État syrienne a cité un responsable militaire disant que «les terroristes ont subi de grandes pertes».

L'Observatoire syrien des droits de l'homme a indiqué que les forces aériennes du gouvernement syrien avaient mené 15 frappes samedi matin. Au moins deux combattants rebelles seraient morts.

À Alep, la plus grande ville de la Syrie, les forces gouvernementales aidées par des combattants du Hezbollah ont tenté, en vain, de reprendre le centre de recherche scientifique, qui servait de base militaire, a affirmé l'Observatoire. Le centre avait été capturé par les rebelles, tard vendredi.

Ce jour-là, des militants islamistes et des rebelles ont attaqué des quartiers contrôlés par le gouvernement à Alep, déclenchant les combats les plus violents depuis des mois dans la ville disputée.

Albert Aji et Bassem Mroué, The Associated Press