NOUVELLES
07/07/2015 10:51 EDT | Actualisé 07/07/2016 01:12 EDT

Le pape François est de retour en Amérique du Sud pour parler de justice sociale

QUITO, Équateur — Le premier pape de l'histoire à provenir de l'Amérique latine est de retour pour la première fois, dimanche, dans la région, apportant un message de solidarité avec les plus pauvres, qui devraient accueillir en grand nombre le souverain pontife là où il passera.

Le pape François a choisi de visiter l'Équateur, la Bolivie et le Paraguay, principalement parce que ces pays figurent parmi les plus pauvres et les plus en marge dans une région qui compterait 40 pour cent des catholiques à travers le monde. Il ne se rend pas dans son pays natal, l'Argentine, en partie pour éviter de se mêler de l'élection présidentielle s'y tenant cette année.

Son voyage a débuté en Équateur, où les prix mondiaux du pétrole et des minéraux en chute menacent d'éroder le filet social tissé par le président Rafael Correa, qui fait face depuis près d'un mois aux manifestations antigouvernementales les plus importantes en plus de huit ans au pouvoir.

Le président Correa attendait le pape sur le tarmac de l'aéroport de Quito, la capitale de l'Équateur. Il a prononcé un discours de bienvenue que le souverain pontife a écouté tête nu, car sa calotte papale blanche s'est envolée à sa sortie de l'avion.

Des milliers de personnes se sont massées aux abords du parcours menant jusqu'à la résidence de l'ambassadeur du Vatican en Équateur, où le pape sera hébergé. Il a troqué la voiture pour une papemobile vitrée pour les huit derniers kilomètres du trajet, qui se sont déroulés sous la surveillance de deux haies de policiers en uniforme.

Les pèlerins sont venus nombreux, et de loin. Un petit groupe de Colombiens installaient dimanche leur campement sur l'ancien site de l'aéroport de Quito, où le pape prononcera une messe mardi.

Le pape François est le premier souverain pontife a foulé le sol équatorien depuis Jean-Paul II en 1985.

Le Vatican prévoit que plus d'un million de personnes se déplaceront pour assister aux grandes messes publiques qui seront célébrées par le pape François dans les trois pays. Les organisateurs de sa tournée de neuf jours ont également prévu amplement de temps pour lui permettre de se mêler aux foules qui se masseront sur les routes empruntées par son cortège. 

Le pape abordera probablement les questions environnementales avec M. Correa et les têtes dirigeantes de la Bolivie — qui ont fait la promotion de l'exploitation minière et du forage pétrolier dans des secteurs sauvages —, étant donné ses récentes prises de position sur la nécessité de protéger l'environnement et les plus démunis qui écopent le plus des impacts de la pollution.

Dans un message vidéo avant son départ, le pape François disait vouloir apporter un message d'espoir et de joie à tous, «particulièrement les plus démunis, les aînés, les malades, les détenus et les pauvres et tous ceux qui sont des victimes de cette 'culture du jetable'».

Frank Bajak et Nicole Winfield, The Associated Press