NOUVELLES
06/07/2015 22:38 EDT | Actualisé 06/07/2016 01:12 EDT

Le Mexique obligé d'augmenter ses importations d'essence pour compenser des vols

Le Mexique a décidé d'importer 75.000 barils d'essence pour éviter des pénuries après des vols perpétrés sur ses oléoducs par des organisations criminelles, ont annoncé lundi les autorités.

Ces "mesures exceptionnelles" ont été prises afin d'éviter des pénuries dans les stations-service de plusieurs Etats du pays, a expliqué un responsable de l'entreprise publique Pemex, qualifiant cette décision de "sans précédent".

"Il y a eu une augmentation exponentielle des vols ces dernières années", a expliqué Francisco Fuentes Saldana, directeur-adjoint des stocks et de la distribution, sur la chaîne Televisa.

Les cartels de la drogue qui cherchent à diversifier leurs sources de revenus, installent des robinets sur les oléoducs pour prélever illégalement de l'essence.

Ces détournements illégaux ont presque triplé en deux ans, "passant de 1.620 en 2012 à 4.218 en 2014", a indiqué M. Fuentes. Cette année, les autorités ont déjà découvert 2.813 robinets illégaux.

Des pénuries d'essence ont été signalées dans une demi-douzaine d'Etats, et notamment dans l'Etat de Jalisco où se trouve la deuxième plus grande ville du pays, Guadalajara, où de longues files d'attentes devant les stations-service étaient encore visibles la semaine dernière.

Un porte-parole de Pemex a indiqué à l'AFP que la distribution devrait revenir à la normale en début de semaine prochaine.

La société publique mexicaine importe habituellement 400.000 barils d'essence chaque année en provenance de plusieurs pays étrangers. Les 75.000 barils supplémentaires seront importés des Etats-Unis, a-t-il précisé.

Pemex, qui contribue au tiers des recettes fiscales du Mexique, avait annoncé en février qu'elle stopperait le transport d'essence et de diesel dans ses oléoducs après avoir subi des vols estimés à plus d'un milliard de dollars l'an dernier.

La compagnie avait indiqué qu'elle transporterait uniquement du pétrole non raffiné à travers ses installations afin de rendre ces vols inopérants.

"Si vous ne transportez pas à travers des oléoducs, il faut utiliser des camions, ce qui revient beaucoup plus cher" rappelle Alejandro Villagomez, un expert au Centre de recherches et d'enseignement économiques (CIDE).

L'annonce de ces vols intervient quelques jours avant l'ouverture de l'exploitation pétrolière au secteur privé, suite à une réforme historique lancée par le président Enrique Peña Nieto.

La réforme qui porte sur l'exploitation off-shore ne devrait toutefois pas être affectée par cette annonce, selon M. Villagomez.

En décembre 2010, une explosion provoquée par un robinet d'essence illégal avait provoqué la mort de 29 personnes, dans la ville de San Martin Texmelucan (centre).

lth/se/tll