NOUVELLES
07/07/2015 01:43 EDT | Actualisé 07/07/2016 01:12 EDT

La Bourse de Shanghai plonge encore, malgré les efforts du gouvernement

La Bourse de Shanghai plongeait de plus de 3% mardi à mi-séance, creusant ses pertes en dépit des efforts du gouvernement, après avoir déjà dégringolé d'environ 30% et vu s'envoler 3.200 milliards de dollars en valeur ces trois dernières semaines.

A la fermeture de la mi-journée, l'indice composite shanghaïen était en repli de 3,18%, soit 120,26 points, à 3.655,65 points.

La Bourse de Shenzhen chutait de son côté de 5,59%, à 1.927,65 points.

La Bourse de Shanghai avait rebondi lundi de presque 2,5% au terme d'une séance en dents de scie, suivant l'annonce par les autorités d'un arsenal de mesures pour enrayer la débâcle des marchés.

Mais ce sursaut a fait long feu: la place shanghaïenne trébuchait à nouveau mardi, mettant en évidence l'impuissance de Pékin à rassurer des investisseurs paniqués.

Ni la promesse des 21 principales sociétés de courtage chinoises d'investir plus de 19 milliards de dollars dans des produits financiers boursiers, ni l'engagement du gouvernement à fournir des liquidités pour le financement des "opérations sur marge" -- pratique très répandue d'achat d'actions par endettement -- n'ont revigoré les marchés.

Les autorités de régulation ont elles assuré qu'aucune nouvelle introduction en Bourse n'aurait lieu dans "un avenir proche" pour éviter toute perturbation supplémentaire.

Précédemment, la banque centrale avait déjà abaissé ses taux d'intérêt. Mais rien de tout cela ne parvenait à inverser durablement la tendance.

"On arrive au point où sont adoptées de mauvaises mesures pour en remplacer d'autres" pareillement inefficaces, commentait Tai Hui, stratégiste de JPMorgan Asset Management.

La défiance restait générale: "Beaucoup d'investisseurs redoutent une nouvelle correction" qui prolongerait la débâcle des dernières semaines, ajoutait M. Tai, cité par Bloomberg News.

Dans un bureau de courtage à Shanghai, quelques boursicoteurs âgés exprimaient mardi leur colère à l'égard des autorités.

"Cela fait plus de 25 ans que j'investis en Bourse, et le plongeon en cours est certainement le pire que j'aie jamais expérimenté en terme de rapidité", soulignait Gu Yongbiao, 60 ans.

"Le gouvernement s'occupe seulement des institutions, pas des particuliers", déplorait-il.

La majorité des investisseurs sur les Bourses chinoises sont des particuliers et des petits porteurs, qui se sont pour la plupart endettés pour investir.

L'enjeu est crucial pour Pékin, qui souhaitait se reposer sur les Bourses pour financer l'essor du secteur privé, au coeur de ses projets de réformes financières.

"L'effondrement boursier exacerbe les inquiétudes sur des risques systémiques", via une déstabilisation du système financier et un impact économique plus large, avertissaient les experts de la banque ANZ.

Même si la crise grecque n'arrange pas les choses, la raison principale de la sévère correction des marchés chinois reste locale: la Bourse de Shanghai avait gonflé de 150% en douze mois, une envolée déconnectée de l'économie réelle et dopée par l'endettement.

bxs-seb-jug/ple/ggy

J.P. MORGAN CHASE & CO

ANZ - AUSTRALIA & NEW ZEALAND BANKING GROUP