NOUVELLES
07/07/2015 14:28 EDT | Actualisé 07/07/2016 01:12 EDT

L'Allemand Tony Martin remporte la quatrième étape du Tour de France

CAMBRAI, France — L'Allemand Tony Martin a remporté la quatrième étape du Tour de France pour se hisser au sommet du classement cumulatif, tandis que Chris Froome et ses principaux rivaux ont rallié l'arrivée en toute sécurité.

Martin, qui était à une seconde de Froome avant la course de mardi, a pris la poudre d'escampette à environ trois kilomètres de la fin.

Froome et les autres l'ont laissé filer, sachant que Martin n'est pas un prétendant à la victoire.

Le cycliste âgé de 30 ans, triple champion du monde au contre-la-montre, a finalement obtenu le maillot jaune de leader qu'il convoitait tant et il a enlacé ses coéquipiers à l'issue de la course.

«J'ai raté le maillot jaune par une seconde après la première journée (qui était une course contre-la-montre), a noté Martin. J'étais très fâché. Je viens d'évacuer toute la pression des dernières journées. J'étais réellement à la limite. Au dernier virage, j'ai été surpris de rester sur mes deux roues.»

Son compatriote John Degenkolb a terminé deuxième et le Slovaque Peter Sagan troisième.

Martin a dû redoubler d'ardeur, particulièrement après la dernière section pavée au moment où il a été victime d'une crevaison et qu'il a dû échanger de vélo avec son coéquipier Matteo Trentin.

«De changer de vélo, en n'étant pas dans une position favorable, je pensais simplement à terminer l'étape, a élaboré le vainqueur. Soudainement, à environ cinq kilomètres de la fin, j'ai décidé d'ouvrir la machine et d'y aller. J'ai trouvé l'énergie et j'ai réussi.»

Avec les temps bonis venant avec la victoire d'étape, il mène Froome par 12 secondes et l'Américain Tejay Van Garderen par 25 secondes.

Au lendemain d'un malencontreux accident impliquant plusieurs cyclistes, les coureurs se sont méfiés des pavés perfides sur le parcours de 223,5 kilomètres entre Seraing, en Belgique, et Cambrai, en France.

«Je n'essayais pas de prouver que j'étais fort sur le pavé. Je tentais simplement d'éviter le pétrin, a commenté Froome. Félicitations à Tony pour son attaque finale. Il était très proche du maillot jaune depuis quelques journées.»

Le champion en titre Vincenzo Nibali, qui avait acquis la victoire d'étape l'an dernier en manoeuvrant brillamment sur le pavé détrempé, a tenté de fissurer la résistance de Froome au cours des sept sections pavées.

Mais Froome, qui a dû abdiquer l'an dernier à la cinquième étape du Tour après avoir été victime de trois chutes en l'espace de deux jours, ne s'est pas laissé démonter.

«J'ai tout tenté. Mais nous avions un vent de face, et sur ces pierres sèchent et poussiéreuses je ne pouvais pas espérer mieux, a avancé Nibali. Je n'ai aucun regret. Froome est très fort.»

Froome, champion en 2013, domine le double champion Alberto Contador par 36 secondes; Nibali par 1:38 et Nairo Quintana, finaliste en 2013, par 1:56.

Contador a dû rouler pendant les 25 derniers kilomètres avec une jante de roue cassée qui frottait sur les freins.

Mercredi, la Grande Boucle se déplacera sur 189,5 kilomètres de route peu valonneuse entre Arras et Amiens.

Jerome Pugmire, The Associated Press