NOUVELLES
07/07/2015 10:46 EDT | Actualisé 07/07/2016 01:12 EDT

Égypte: la situation est «stable» dans le Sinaï, dit le président

LE CAIRE — Deux ans après le renversement du régime islamiste, le président égyptien, Abdel-Fattah el-Sissi, a déclaré que la situation était «complètement stable» dans le Sinaï après une vaste attaque contre l'armée.

Vêtu pour la première fois en plus d'un an de son uniforme militaire, l'ancien général a rencontré des membres de l'armée et a offert un discours télévisé aux troupes du Sinaï. Il s'agissait de ses premiers commentaires publics depuis l'attaque de mercredi.

Il a rassuré tous les Égyptiens sur la situation, qui est «sous contrôle» et «complètement stable».

D'après l'armée, 17 soldats et plus de 100 militants ont été tués mercredi. Avant ce bilan officiel, toutefois, des responsables de la sécurité de plusieurs branches des forces égyptiennes dans la région affirmaient que beaucoup plus de soldats étaient morts.

L'attaque revendiquée par une filiale du groupe État islamique, et qui a duré toute une journée, était d'une ampleur sans précédent. Elle a visé plusieurs postes de contrôle de l'armée. De nombreux attentats-suicides ont également eu lieu, et des attaquants lourdement armés ont assiégé un important poste de police.

Cette tragédie est survenue après une semaine meurtrière pour l'Égypte, durant laquelle le procureur général du pays a été assassiné chez lui, au Caire, dans l'énorme explosion d'une voiture chargée. Une descente des forces spéciales dans un appartement a également tué neuf membres des Frères musulmans, un groupe considéré illégal en Égypte. Les Frères musulmans ont alors appelé à la «rébellion», faisant craindre une flambée de la violence.

Par ailleurs, samedi, un groupe affilié à l'État islamique dans le Sinaï a revendiqué le tir, la veille, de trois roquettes vers Israël. Sur son compte Twitter, le groupe Province du Sinaï, a expliqué avoir agi car Israël soutient le régime égyptien.

Une bombe placée en bordure de la route a explosé, également samedi, près d'une maison civile. Un enfant a été tué et quatre sont blessés, selon des responsables de la sécurité qui ont requis l'anonymat.

Brian Rohan, The Associated Press