NOUVELLES
06/07/2015 14:28 EDT | Actualisé 06/07/2016 01:12 EDT

Un avant-goût de l'avion du futur

À quoi ressemblera l'aviation civile dans 50 ans? Un chercheur suisse, qui était de passage à Montréal cet hiver, a une petite hypothèse sur le sujet. Chef de projet à l'École polytechnique fédérale de Lausanne, Claudio Leonardi profitait du colloque sur l'avenir de l'aviation organisé par l'École nationale d'aéronautique pour offrir sa vision de l'avion du futur.

Un texte de Vincent Maisonneuve

Le projet Clip-Air, développé par l'École polytechnique fédérale de Lausanne, est en fait une immense aile volante sous laquelle seraient fixées une, deux ou même trois capsules. L'idée de Claudio Leonardi s'inspire de « la modularité que l'on obtient avec le conteneur » utilisé dans le transport maritime, ferroviaire et routier. « Les conteneurs ont changé le monde, nous voulons amener ce concept au monde de l'aviation, par l'intermédiaire de ces capsules profilées que l'on fixerait sous une aile. »

Les capsules, de la taille du fuselage de l'Airbus A320 sans les ailes, pourraient transporter soit des passagers soit du fret. Le transporteur n'aurait qu'à faire les combinaisons qui répondent le mieux à la demande du moment. « On garde l'expérience du tube, du fuselage, et en même temps on a quelque chose de très semblable à ce qui vole aujourd'hui », explique-t-il.

Regardez et écoutez les explications de Claudio Leonardi : 

Pour voir cette vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici

D'autres projets en développement 

Les gros joueurs de l'aviation développent eux aussi des concepts de l'avion du futur. Celui que présente Airbus sur son site Internet semble tout droit sorti d'un film de science-fiction. Airbus propose un appareil futuriste avec vue panoramique pour les passagers. De son côté, Boeing teste déjà sur les pistes d'essai de la NASA le modèle réduit d'une aile volante. L'objectif serait de créer un avion capable de transporter plus de 1000 passagers.

Directeur du Groupe d'étude en management des entreprises de l'aéronautique, Mehran Ebrahimi envisage que « dans les 50 prochaines années, il sera possible de voyager avec d'autres systèmes que les avions que l'on connaît aujourd'hui, soit un tube, deux ailes et des moteurs. C'est sûr que ça va changer. » Si le professeur Ebrahimi s'attend à ce que l'avion connaisse un jour une grande métamorphose, le futur dans ce domaine n'est pas pour demain. Puisque relever de tels défis technologiques nécessite d'investir d'importantes sommes.

« Ces défis technologiques nécessitent beaucoup de recherche et de développement. Aujourd'hui, c'est le privé qui est porteur de grands projets. Et le privé est gouverné par la finance impatiente. Par exemple, dans le cas de Boeing et ses projets futuristes, ça vient essentiellement du financement du gouvernement américain sous la forme de subventions militaires à Boeing », souligne M. Ebrahimi.

Claudio Leonardi croit en l'avenir du Clip-Air. Mais pour réaliser un tel projet, il faudra encore des décennies de recherche et des investissements gigantesques.