NOUVELLES
06/07/2015 09:55 EDT | Actualisé 06/07/2016 01:12 EDT

Soudan du Sud: l'armée reprend la ville de Malakal

L'armée sud-soudanaise a affirmé lundi avoir repris aux rebelles le contrôle de la ville stratégique de Malakal, capitale du l'État pétrolier du Haut-Nil (nord-est), réduite en ruines après avoir plusieurs fois changé de mains depuis le début de la guerre civile.

Des rebelles dirigés par Johnson Olony, un ex-général du camp gouvernemental passé à la rébellion en mai et accusé d'avoir enrôlé une armée d'enfants soldats, s'étaient emparés de la ville fin juin.

L'armée "a repris Malakal qui est désormais sous son contrôle", a déclaré le porte-parole de l'armée Philip Aguer.

"Les rebelles ont fui la nuit dernière après une reprise des combats (dimanche) dans la matinée", a-t-il ajouté.

Le porte-parole a par ailleurs démenti la perte d'un hélicoptère que les rebelles avaient annoncé avoir abattu dimanche, dénonçant une "fabrication".

Le porte-parole de l'armée ougandaise a quant à lui brocardé un "rêve éveillé" des rebelles, assurant qu'aucun appareil n'avait été touché. "A moins que les rebelles aient abattu un avion fantôme", a-t-il ajouté. Plusieurs milliers de soldats ougandais, appuyés d'hélicoptères de combat, combattent les rebelles aux côtés de l'armée sud-soudanaise.

Le contrôle de l'État du Haut-Nil, théâtre de combats parmi les plus féroces depuis le début de la guerre civile sud-soudanaise en décembre 2013, est ultra-stratégique: ses puits de pétrole sont les derniers encore opérationnels dans le pays, et essentiels pour la survie d'une économie nationale au bord du gouffre.

Les combats avaient éclaté en décembre 2013 dans la capitale Juba entre deux factions de l'armée, sur fond de rivalité entre Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar. Ils se sont depuis étendus à la grande majorité du territoire.

Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées et plus de deux millions déplacées par le conflit qui divise depuis un an et demi le plus jeune État de la planète, indépendant du Soudan depuis seulement 2011.

Dans un rapport récent, des enquêteurs de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss) ont dénoncé des "violations des droits de l'Homme généralisées", dans le pays.

str-pjm/mw/aud/etb