NOUVELLES
06/07/2015 06:08 EDT | Actualisé 06/07/2016 01:12 EDT

Singapour: un mineur condamné à un mois de prison pour une vidéo anti-Lee Kuan Yew

Un adolescent a été condamné lundi par un tribunal de Singapour à un mois de prison ferme pour avoir diffusé sur l'internet une vidéo très critique à l'égard de Lee Kuan Yew, père fondateur du Singapour moderne, décédé en mars.

Après avoir déjà passé quatre semaines en détention provisoire, Amos Yee, 16 ans, a quitté le tribunal libre.

L'adolescent a été condamné à trois semaines de prison pour obscénité et offense aux sentiments religieux, pour avoir comparé Lee Kuan Yew à Jésus et publié un dessin humoristique obscène de l'ancien Premier ministre décédé à l'âge de 91 ans.

Le mineur a été condamné à une semaine supplémentaire pour avoir publié un autre dessin obscène de Lee Kuan Yew et de l'ancien Premier ministre britannique Margaret Thatcher.

Les délits commis par l'adolescent n'étaient "pas de nature grave mais pas insignifiants non plus", a déclaré le président du tribunal, Jasvender Kaur.

Amos Yee encourait jusqu'à trois ans d'emprisonnement pour le délit d'offense aux sentiments religieux.

Singapour, une importante place financière asiatique, est connue pour sa législation très sévère réprimant crimes et délits.

Interpellé le jour des funérailles nationales de Lee Kuan Yew, l'adolescent était déjà connu au sein de la communauté locale de YouTube pour des vidéos humoristiques et pour son rôle d'acteur lorsqu'il était enfant, dans une comédie intitulée "Nous pas vilains".

Dans sa vidéo de huit minutes intitulée "Lee Kuan Yew est enfin mort", Amos Yee critique vivement le premier chef du gouvernement de Singapour très respecté en Asie, le qualifiant notamment d'"horrible personnage".

Lee Kuan Yew fut Premier ministre en 1959, année où la cité-Etat s'est affranchie de la tutelle britannique, poste qu'il a occupé jusqu'en 1990. Sous son règne, le pays a connu un spectaculaire développement économique pour devenir l'un des "tigres asiatiques".

Mais Lee Kuan Yew a aussi été critiqué par des défenseurs des droits de l'homme lui reprochant d'avoir géré le pays d'une main de fer, un règne pendant lequel des opposants politiques ont été emprisonnés ou empêchés d'agir.

bjp-mba/rc/bfi