NOUVELLES
06/07/2015 09:36 EDT | Actualisé 06/07/2016 01:12 EDT

Le sommet européen va sans doute discuter mardi d'"aide humanitaire" pour la Grèce (Gabriel)

Les dirigeants de la zone euro réunis en sommet à Bruxelles mardi vont sans doute se pencher sur une "aide humanitaire" à apporter à la Grèce, a déclaré lundi le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel, au lendemain du référendum.

"Les gens là-bas ont besoin d'aide, et nous ne devrions pas la leur refuser juste parce que nous ne sommes pas contents de l'issue du référendum", a commenté M. Gabriel, ministre de l'Economie social-démocrate du gouvernement Merkel.

Les Grecs ont massivement voté non dimanche aux réformes et coupes budgétaires demandées par les créanciers de la Grèce en échange d'un renflouement du pays.

Pour autant, "nous ne pouvons pas abandonner la Grèce, tous les pays européens doivent être prêts à accorder une aide humanitaire. (...) Je suppose que cela sera discuté demain à Bruxelles", a déclaré M. Gabriel, sans précision sur la nature de cette éventuelle aide mais en exprimant l'espoir que cela puisse "aller très vite".

Dans la nuit le président du Parlement européen Martin Schulz avait lui aussi estimé qu'un "programme d'aide humanitaire pour la Grèce" devrait figurer au menu des discussions mardi.

Et plus tôt dimanche, dans un entretien à la presse allemande, il avait été plus précis sur les contours de cette aide. "Peut-être que nous devrons accorder des crédits d'urgence à Athènes pour que les services publics continuent de fonctionner et que les gens dans le besoin reçoivent l'argent nécessaire pour survivre", avait déclaré M. Schulz, selon lequel "il y aurait des fonds mobilisables à Bruxelles pour cela".

La Grèce a instauré depuis lundi dernier un contrôle des capitaux et les banques sont fermées, les retraits étant limités à 60 euros par personne et par jour. Les banques grecques risquent de se retrouver très vite à court de liquidités, ce qui paralyserait complètement l'économie déjà chancelante du pays.

mtr/dsa/cls