NOUVELLES
06/07/2015 04:05 EDT | Actualisé 06/07/2016 01:12 EDT

Le maire de Toronto organise une rencontre entre Uber et l’industrie du taxi

Tentant de calmer le jeu à l'approche des Panam, le maire de Toronto John Tory a convoqué à son bureau ce matin des représentants de l'industrie du taxi et de la compagnie Uber.

Les tribunaux ont rejeté, le week-end dernier, la demande d'injonction de la Ville, qui voulait bloquer Uber sous prétexte que la compagnie enfreignait les règlements municipaux en matière de taxi, en n'ayant pas d'assurances et de formation pour les conducteurs adéquates.

Le juge a statué qu'il n'y avait pas de preuve que l'entreprise, et son application pour téléphones intelligents qui met chauffeurs et clients en contact, menait illégalement des activités d'intermédiaire de taxi.

Pour leur part, des chauffeurs de taxi, qui dénoncent véhément Uber, ont menacé, si rien n'est fait, de paralyser la circulation durant les Jeux panam, qui commencent vendredi, en guise de protestation.

Le maire Tory dit espérer que les parties ne se servent pas des Jeux pour régler « une dispute d'affaires parfaitement légitime ».

Le maire Tory doit pour faire le point avec les médias plus tard ce matin, après sa rencontre avec les représentants d'Uber et de l'industrie du taxi.

En entrevue à la CBC, il n'a pas promis de solution immédiate au différend, laissant plutôt entendre que les discussions allaient se poursuivre entre la Ville, Uber et les compagnies de taxi.

Réactions

Le président de la compagnie de taxi Co-Op, Peter Zahakos, se réjouit de la rencontre avec le maire, affirmant que « ça fait des mois qu'on lui demande d'agir ». Selon lui, aucune règle n'encadre Uber présentement, alors que les « chauffeurs de taxi perdent leur gagne-pain, menottés par une réglementation stricte et archaïque ».

M. Zahakos demande à la Ville de « déréglementer [l'industrie] et de créer des règles qui fonctionnent pour tout le monde » et de « laisser le marché être libre ».