NOUVELLES
06/07/2015 03:25 EDT | Actualisé 06/07/2016 01:12 EDT

Le Japon salue l'incription de sites industriels au patrimoine de l'Humanité

Politiques et médias japonais ont salué lundi avec fierté la décision de l'Unesco d'inscrire au patrimoine mondial de l'Humanité 23 lieux représentatifs de l'évolution industrielle du Japon sous l'empereur Meiji (1868-1912), en dépit de l'opposition initiale de pays voisins.

"Je suis profondément heureux", a déclaré le Premier ministre conservateur Shinzo Abe.

"La transformation industrielle du Japon en l'espace de quelque 50 ans grâce à l'alliance des traditions japonaises et des techniques scientifiques étrangères est quelque chose d'exceptionnel et il est approprié d'en faire un patrimoine de l'Humanité", a-t-il ajouté.

"Nous tenons à renouveler notre détermination à conserver et transmettre ce patrimoine aux prochaines générations", a promis le chef du gouvernement.

"Le Japon est le premier pays d'Asie a avoir réussi son industrialisation", a quant à lui rappelé le ministre de la Revitalisation des régions, Shigeru Ishiba.

Les quotidiens de tout bord, Sankei Shimbun (droite nationaliste), Yomiuri Shimbun (droite), Nikkei (centre droit), Asahi Shimbun (centre gauche), Mainichi Shimbun (gauche), ont tous placé en une cette nouvelle très attendue.

Les voisins sud-coréens et chinois s'étaient opposés à cette reconnaissance internationale au motif que sept des endroits proposés ont été des lieux de déportation et de travaux forcés pour leurs ressortissants pendant l'occupation japonaise (1910-1945 pour la Corée, 1932-1945 pour la Chine).

Le Conseil international des monuments et des sites (Icomos) avait cependant dès mai recommandé leur inscription.

"Même si les Japonais peuvent en être fiers, il convient également de prendre cette recommandation comme une occasion de regarder objectivement les différents aspects de l'industrialisation rapide du pays", avait souligné le Japan Times.

Ce quotidien avait ainsi demandé que soient prises des mesures "pour s'assurer que les visiteurs soient informés de la face sombre du passé de certains de ces lieux".

La promesse par Tokyo d'ajouter une explication sur le fait que ces installations ont accueilli des travailleurs forcés a permis d'enterrer la hache de guerre avec Séoul.

"Pour la première fois, le Japon mentionne ce fait historique que les Coréens ont été déportés et forcés de travailler dans des conditions très dures", s'est félicité le ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

Tokyo souligne néanmoins que lors de la normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays en 1965, le sujet avait été traité et des dédommagements accordés.

burs-kap/uh/jh