NOUVELLES
06/07/2015 07:40 EDT | Actualisé 06/07/2016 01:12 EDT

Grèce: les réunions de mardi doivent "indiquer une voie définitive" (Renzi)

Les réunions européennes prévues mardi à Bruxelles doivent "indiquer une voie définitive" permettant de résoudre le problème de la Grèce, a estimé lundi le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi.

La réunion mardi à Bruxelles des ministres des Finances et le sommet des dirigeants de l'Eurogroupe, qui rassemble les pays membres de la zone euro, devront "indiquer une voie définitive pour résoudre" le problème urgent posé par la crise grecque après le non massif au référendum, a déclaré M. Renzi sur son compte Facebook.

Mais au-delà de cette crise, première urgence qui se pose aux Européens, le président du Conseil italien voit également un autre "chantier" urgent et encore "plus fascinant et complexe" à résoudre, celui de l'Europe.

"Si nous restons immobiles, prisonniers des règlements et de la bureaucratie, l'Europe est finie", avertit ainsi M. Renzi.

"Reconstruire une Europe différente ne sera pas facile, après ce qui s'est produit ces dernières années. Mais c'est le moment juste pour essayer de le faire, tous ensemble", ajoute-t-il.

"Depuis des mois, nous insistons pour discuter non seulement d'austérité et de budgets, mais aussi de croissance, d'infrastructures, de politiques communes sur l'immigration, d'innovation, d'environnement. En un mot de politique et pas seulement de paramètres. De valeurs et pas seulement de chiffres", explique M. Renzi.

Le jeune chef du gouvernement italien, qui a discuté pendant deux heures lundi matin avec son ministre de l'Economie, Pier Carlo Padoan, prône depuis son arrivée au pouvoir en février 2014 une politique volontariste favorisant la croissance en Europe et l'abandon du tout-austérité.

Le secrétaire d'Etat italien aux Affaires européennes, Sandro Gozi, a estimé de son côté qu'il était indispensable de "travailler à un accord permettant à la Grèce de rester à l'intérieur" de la zone euro.

"Je ne crois pas qu'il soit de l'intérêt de quiconque de faire sortir la Grèce de l'union monétaire", a-t-il ajouté sur la chaîne de télévision SkyTg24.

ob/fcc/ros