NOUVELLES
06/07/2015 09:28 EDT | Actualisé 06/07/2016 01:12 EDT

Des fonctionnaires fédéraux impayés depuis des semaines

Des fonctionnaires fédéraux sont impayés depuis des semaines à cause de sérieux problèmes de logistique au Centre des services de paye de la fonction publique de Miramichi, au Nouveau-Brunswick.

Selon Larry Rousseau, de l'Alliance de la fonction publique canadienne, la décision d'établir le centre de paye à Miramichi a des répercussions. Des centaines de fonctionnaires au Canada n'ont pas reçu de chèque de paye, parfois depuis 11 semaines.

En 2010, le gouvernement fédéral décidait de centraliser tous ces services de paye au Canada, en un seul centre. Le Centre des services de paye de la fonction publique de Miramichi, une petite municipalité de 18 000 habitants, à deux heures de route de Moncton et de Fredericton, a été inauguré en septembre 2013 dans des locaux temporaires. L'ouverture de ce centre était une promesse des conservateurs qui voulaient compenser la région pour la perte du centre national d'enregistrement des armes à feu. En décembre 2015, plus de la moitié des chèques de paye des 300 000 employés rémunérés par Ottawa, seront émis du centre de Miramichi..

« C'est un projet énorme, il y avait 2200 conseillers en rémunération auparavant. C'était une décision politique de centraliser le service de paye et de demander à 550 employés de rendre le même service qu'auparavant, et ce, d'ici 2016. Nous avons quelques indications qu'au centre de Miramichi, les roues ne tournent pas rondement », lance-t-il.

Inquiétudes et stress

La pression est forte sur le personnel du centre présentement, selon l'Alliance de la fonction publique canadienne. Larry Rousseau soutient que des dizaines employés sont en congé de maladie à cause du stress que suscite toute cette histoire.

« On veut simplement que le gouvernement fédéral prenne un peu de recul et s'il faut rectifier le tir et l'échéancier, qu'on le fasse, affirme Larry Rousseau. Le ministre va dire que 377 plaintes ce n'est pas la mer à boire, mais il y a des problèmes et il faut les régler. »

Le gouvernement a investi 300 millions de dollars dans le projet et Larry Rousseau pense que 550 employés pour traiter 180 000 dossiers de paye, c'est peut-être irréaliste.

« On espère livrer le même service, mais avec le quart des employés. On ne doute pas de la capacité des gens du Nouveau-Brunswick et de Miramichi de s'adapter à ce travail. Ils font un travail phénoménal présentement, mais il faut leur laisser du temps pour être bien formés », déclare Larry Rousseau.

Gerry Cormier, maire de Miramichi est conscient du problème. Il a entendu lui aussi parler des délais de traitement des payes des fonctionnaires.

« La députée et le ministre sont au courant, tout le monde est au courant. Les choses vont s'arranger, il faut juste un peu de patience. Moi je veux juste que tout fonctionne bien pour la ville de Miramichi.

Le syndicat demande maintenant au gouvernement une rencontre afin de trouver une issue au dossier.