NOUVELLES
06/07/2015 12:19 EDT | Actualisé 06/07/2016 01:12 EDT

Charles Hudon, en pleine croissance

Quand Marc Bergevin a dit souhaiter voir un jeune attaquant faire sa place avec le Canadien la saison prochaine, les oreilles de Nikita Sherbak ont commencé à siler. Charles Hudon a peut-être un profil moins spectaculaire que le Russe, mais il possède un atout précieux : une année chez les professionnels durant laquelle il en est devenu un.

Un texte d'Olivier Arbour-Masse

Hudon a surpris en début de saison dernière avec les Bulldogs, à Hamilton. Il a su transposer à la Ligue américaine, la touche offensive qui lui a permis de faire sa marque dans le junior avec les Saguenéens de Chicoutimi. Après 28 matchs, il comptait 31 points, des chiffres qui lui ont garanti une place au match des étoiles.

Or, sa production a grandement ralenti par la suite avec 26 points dans ses 47 derniers matchs pour un total de 57 en 75. Mais étonnement, c'est de cette partie de la saison dont il est le plus fier.

« Tout le monde parlait d'une régression après Noël pour moi. Oui, ça a été une régression de points, mais ça a été mes meilleurs matchs durant l'année. Mon jeu défensif, c'était la chose primordiale à travailler », a expliqué Hudon lundi, au deuxième jour du camp de perfectionnement du Canadien, à Brossard. 

Parenteau, le mentor

Charles Hudon, l'homme, a également bénéficié du passage dans la Ligue américaine.

« Depuis le junior, ma mentalité a beaucoup changé. Gabriel Dumont m'a aidé à avoir l'air professionnel dans toutes sortes de situations : à l'aréna, à l'extérieur, dans le vestiaire. »

Depuis Montréal, Pierre-Alexandre Parenteau a également servi de guide au jeune Hudon. Le départ de son mentor comporte aussi des avantages : il y a un poste d'ailier à combler avec le Canadien, une position que Hudon occupait chez les juniors avant de patiner au centre à Hamilton.

« C'est désolant de voir Parenteau partir. Il m'a beaucoup aidé l'année dernière. On s'est beaucoup parlé durant la saison. Il pensait me voir cette année... Mais ça aide, quelqu'un qui part. »

Si près, mais si loin

L'Almatois de 21 ans a solidifié sa charpente, la cible des plus grandes réserves exprimées à son endroit. Il affirme avoir pris cinq livres en quatre semaines, au grand bonheur de la nutrionniste du Canadien Mélanie Olivier, et fait maintenant osciller la balance à 191 livres (87 kg).

Plus solide, plus rapide et meilleur en défense. Hudon patine dans la bonne direction, mais il sait qu'il doit encore peaufiner certains aspects de son jeu.

« Dès que je suis arrivé avec le Canadien, Marc Bergevin et Michel Therrien m'ont dit de bouger mes pieds en tout temps. J'ai travaillé ça, mais c'est sûr qu'une mentalité de joueur, c'est dur à changer. »

Le Québécois n'a participé à aucun match avec le grand club encore, mais il a eu le privilège de faire partie de l'équipe de réserve (black aces) durant les dernières séries. Le genre d'expérience qui aiguise l'appétit.

« Tu te rapproches encore plus de ton but ultime. Il ne m'en reste pas gros, mais le ''pas gros'', c'est le plus difficile d'après moi. »

Autres candidats

Outre Hudon et Sherbak, Sven Andrighetto et Daniel Carr, compagnons de trio de Hudon l'an dernier, figurent parmi les candidats à la graduation chez le CH.

« C'est un tout autre niveau, a admis Andrighetto, qui a disputé 12 matchs sous les ordres de Therrien en 2014-2015. Il y a un gros pas à franchir entre la Ligue américaine et la Ligue nationale. Ce n'est pas pour rien que c'est la meilleure Ligue au monde. »

Michael McCarron aussi pourrait prétendre à faire le saut avec le Tricolore, mais dans son cas, il devra gravir deux échelons d'un coup : du junior à la LNH.

N'empêche, il estime avoir un atout précieux, en plus de son avantageux physique (1 m 98 et 102 kg / 6 pi 6 po, 225 lb).

« Je sais quel type d'attitude ça prend pour gagner, a fait valoir McCarron, cinq semaines après avoir soulevé la Coupe Memorial avec les Generals d'Oshawa. Ici, ils cherchent ce type de joueurs. Je crois que ça améliore mes chances d'éventuellement faire l'équipe. »