NOUVELLES
06/07/2015 04:49 EDT | Actualisé 06/07/2015 08:30 EDT

Mort d'Arthur Porter : les enquêteurs de l'UPAC ont vu le corps

Radio-Canada

Les deux enquêteurs de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) dépêchés au Panama pour s'assurer que l'ex-directeur du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), Arthur Porter, est bel et bien mort ont pu voir la dépouille que les autorités locales présentent comme la sienne.

La porte-parole de l'UPAC, Anne-Frédérick Laurence, a toutefois précisé que les enquêteurs entrés dans la morgue n'ont pu faire qu'une identification visuelle. Elle s'est refusé à communiquer leurs conclusions, préférant que l'UPAC ait au préalable mené les tests scientifiques nécessaires à l'identification formelle de la dépouille.

Ils devraient pouvoir procéder à l'expertise judiciaire mardi, en prélevant les empreintes digitales et un échantillon d'ADN.

La femme d'Arthur Porter et son biographe ont annoncé la semaine dernière que l'homme de 59 ans avait rendu l'âme, mais le fait que personne ne semble avoir vu la dépouille a suscité scepticisme et confusion. En effet, le directeur de l'hôpital où se trouvait Arthur Porter a signé le certificat de décès, mais il affirme n'avoir jamais vu le corps.

L'UPAC ne veut pas courir le risque que M. Porter lui échappe. L'ancien directeur du CUSM (2004-2011) est accusé d'avoir accepté 22,5 millions de dollars en pots-de-vin pour que le contrat de construction du nouveau CUSM, un projet de 1,3 milliard de dollars, soit accordé à la firme d'ingénierie montréalaise SNC-Lavalin. Il fait face à des accusations de fraude, de blanchiment d'argent et de complot dans ce qui a été qualifié de plus grande fraude pour corruption de l'histoire du Canada.

Mme Laurence a par ailleurs indiqué qu'une requête pourrait être déposée auprès des autorités panaméennes pour rapatrier le corps de l'accusé, s'il s'agit de lui.

Auto-diagnostic, cancer et médicament spécial

Arthur Porter serait décédé des suites d'un cancer au poumon, qui s'était étendu aux os et au foie. Un cancer qu'il s'était lui-même diagnostiqué. Arthur Porter, qui était oncologue de formation, se soignait avec un médicament spécial qu'un ami, oncologue également, le docteur Karol Sikora, lui apportait des Bahamas.

En entrevue depuis Londres avec ICI Radio-Canada Première, le docteur Sikora a affirmé qu'Arthur Porter « n'avait pas subi un seul test sanguin depuis deux ans ».

« C'est moi qui, à partir des Bahamas, lui apportais ce médicament très coûteux », avait précisé le médecin britannique, qui a visité son vieil ami à quelques reprises au Panama.

Karol Sikora soutient que les autorités panaméennes étaient mal à l'aise avec ce prisonnier qu'elles voulaient voir partir au plus vite. Arthur Porter contestait la demande d'extradition des autorités canadiennes depuis son arrestation, le 27 mai 2013, à l'aéroport de Panama City.

Des liens avec le premier ministre Harper

Avant la déchéance qui l'a mené jusque dans une prison d'Amérique centrale, Arthur Porter avait gagné la confiance de nombreux politiciens, dont le premier ministre Stephen Harper. Ce dernier avait nommé M. Porter en 2008 au Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité, qui supervise les opérations du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS). En tant que membre du CSARS, M. Porter a aussi été assermenté au Conseil privé de la Reine, dont il fait toujours partie.

Deux ans plus tard, le médecin avait été promu au poste de président du CSARS. Il avait été forcé de partir en décembre 2011, lorsque des médias avaient révélé que son entreprise avait de présumés liens avec un trafiquant d'armes.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Quelques frappes de l'UPAC Voyez les images