NOUVELLES
04/07/2015 12:20 EDT | Actualisé 04/07/2015 12:21 EDT

Quand deux wagons fantômes ont traversé la frontière américaine

Radio-Canada

Deux wagons d'une compagnie ferroviaire ont dérivé par accident en Colombie-Britannique en octobre dernier. Ils ont terminé leur course à plus de 13 kilomètres à l'intérieur des États-Unis, a appris Radio-Canada en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Un reportage de Bahador Zabihiyan

La Kettle Falls International Railway (KFIR) exploite 214 kilomètres de voies ferrées au sud-est de la Colombie-Britannique et au nord-est de l'État de Washington. Les wagons de la compagnie transportent du bois, des produits chimiques, des engrais, des métaux ou des minéraux de part et d'autre de la frontière, indique le site web de l'entreprise.

Deux de ces wagons, chargés de bois, sont partis à la dérive à partir d'un secteur situé près de la municipalité de Cascade, en Colombie-Britannique, pour finir leur route aux États-Unis.

« Ils se sont mis en mouvement et ont passé outre un dérailleur, dispositif conçu pour empêcher un train de partir à la dérive, pour ensuite s'engager sur la voie principale de la Kettle Falls International Railway. »

— Roxane Marchand, porte-parole de Transports Canada

Le trajet des wagons fantômes

Un risque pour le public

La situation a représenté un risque pour le public, dit le responsable des gardes-frontières américains pour ce secteur, Ronald Arrigoni.

« Les agents des douanes et de la protection des frontières étaient inquiets pour la sécurité du public, étant donné que le train traverse l'autoroute à plusieurs endroits. Les agents ont appelé la compagnie ferroviaire pour l'aviser de la situation. »

— Ronald Arrigoni, responsable des gardes-frontières américains

Le premier wagon a finalement déraillé à 13 kilomètres au sud de la frontière, dans un secteur peu habité, indique la Federal Railroad Administration (FRA) qui régule l'industrie ferroviaire aux États-Unis. Le second wagon s'est arrêté environ 3 kilomètres plus loin, près du village d'Orient.

Acte de vandalisme, mais critiques sévères

L'incident a été causé par un acte de « vandalisme » sur la « propriété d'un client », selon Merv Tweed, le président d'OmniTRAX Canada, qui possède la KFIR. Par conséquent, aucun employé n'a été sanctionné.

Trois jours après l'incident, Transports Canada a effectué une inspection des installations de la KFIR. Transports Canada a constaté que « bon nombre d'aiguillages et de dérailleurs ne sont pas verrouillés » adéquatement.

« Les employés de la KFIR omettent d'immobiliser convenablement le matériel roulant laissé sans surveillance. »

— Avis émis par Transports Canada concernant la KFIR

De plus, « les dérailleurs qui visent à protéger la voie de la KFIR de tout mouvement hors de contrôle du matériel roulant ne sont possiblement pas appropriés ».

Transports Canada a ordonné à la KFIR de vérifier tous ses aiguillages, de former son personnel et de revoir ses procédures. L'inspection et l'incident du 29 octobre ne sont pas la KFIR, soutient M. Twerd.

Problème de sécurisation des wagons

L'accident montre qu'il y a un problème de « sécurisation » des wagons, dit Ian Naish, l'ancien directeur des enquêtes ferroviaires au Bureau de la sécurité des transports.

« Quand vous exploitez un train dans un territoire montagneux, c'est plutôt mauvais quand vous avez une dérive qui se produit sur une colline [...] Ce n'est pas une bonne situation. »

— Ian Naish, ancien directeur des enquêtes ferroviaires au Bureau de la sécurité des transports

De son côté, le dirigeant de la compagnie ferroviaire indique que, depuis l'incident, sa compagnie a pris les mesures nécessaires pour protéger « ses employés » et « la propriété de ses clients ».

« Nous développons constamment de nouveaux processus d'inspections dans le but de rendre le réseau ferré OmniTRAX plus sécuritaire », soutient Merv Tweed. Celui-ci a été député fédéral conservateur jusqu'en 2013 et a présidé le Comité permanent des transports de la Chambre des communes.

Autre convoi à la dérive en 2008

En 2008, un convoi ferroviaire composé de deux locomotives et de douze wagons de la KFIR a dérivé sur plus de 4 kilomètres près de Waneta, en Colombie-Britannique. Plus de 13 000 litres d'essence s'étaient déversés près d'une autoroute après le déraillement du train.

Le BST avait conclu que le conducteur du train avait effectué une mauvaise manœuvre et que les freins n'avaient pas fonctionné correctement.

La KFIR n'a pas connu d'autres accidents au Canada lors des dix dernières années.

Aux États-Unis, la compagnie a connu six accidents et huit incidents lors de la même période. À trois reprises, des wagons chargés de « marchandises dangereuses » faisaient partie du convoi accidenté. Il n'y a jamais eu de fuite, selon les données de la FRA.