DIVERTISSEMENT
02/07/2015 06:26 EDT | Actualisé 02/07/2015 06:26 EDT

«The Man in Black» au Théâtre St-Denis: Johnny Cash n'est pas mort! (PHOTOS)

Vivien Gaumand

Le prérequis pour apprécier le spectacle The Man in Black – Hommage à Johnny Cash? Être amoureux fou de la légende country décédée en 2003 et de son œuvre, ou alors avoir une envie irrépressible de découvrir les classiques de son répertoire.

L’un de ces deux critères coché, vous passerez une formidable soirée avec Shawn Barker, personnificateur de Johnny Cash depuis 10 ans, qui ressemble à s’y méprendre au mythique chanteur, tant physiquement que du timbre de voix. Comme le public qui emplissait le Théâtre St-Denis, mercredi, à l’occasion de la première, et qui semblait beaucoup s’amuser à replonger ainsi dans les années 50 plutôt qu’à fêter le Canada.

L’imitation est vraiment irréprochable. De quoi s’imaginer que Cash n’est pas mort! Barker perpétue et entretient à tout le moins son souvenir à la perfection. Sympathique, attachant, drôle et charismatique, l’artiste incarne Cash dans ce qu’il avait de plus envoûtant, inspirant et mystérieux.

Galerie photo The Man in Black – Hommage à Johnny Cash Voyez les images

Chevelure noire léchée de gel, veston noir, pantalon noir, guitare noire, Shawn Barker fait honneur au surnom de son alter ego, «Man in Black», d’où le titre de la production, et ne compte pratiquement que sur lui-même pour faire lever sa prestation. Il y a bien quatre musiciens qui l’accompagnent sur scène, de même que deux danseuses et choristes joliment vêtues de légères robes rouges (puis noires en deuxième partie), mais sinon, l’homme ne se donne pas beaucoup de répit pendant son tour de chant de presque trois heures: en plus d’enchaîner les chansons de Johnny Cash, il parle beaucoup entre celles-ci, interagit énormément avec le public, raconte blagues et anecdotes, toujours dans la peau de l’icône américaine. Notons que ses monologues se déroulent uniquement en anglais, si ce n’est d’un «Je t’aime, Québec!», lancé quelques minutes avant la tomber du rideau.

Large répertoire

Il n’y a pas de portion de remise en contexte narrative, théâtrale ou visuelle dans The Man in Black ; Barker s’amène derrière son micro et se livre tout entier, sans avoir besoin de plus d’artifices. Les explications, c’est lui qui les détaille dans ses présentations.

De sa voix basse et grave – on le répète, identique à celle de Johnny Cash -, il offre, entre autres, Folsom Prison, I Walk the line, I got stripe all around my shoulder, Tennessee Flattop Box, Cry, cry, cry, One piece at a time et, bien sûr, Ring of fire, et une multitude d’autres titres qui réjouiront les admirateurs. Parfois, un écran derrière lui projette des images colorées, mais cet effet est nettement superflu, car on est complètement happé par Johnny Cash, pardon, Shawn Barker, et son talent.

Et les gens réagissent avec bonheur, tapant des mains et criant de joie en reconnaissant les morceaux. Ça ne dansait pas beaucoup au Théâtre St-Denis, mercredi, mais la réception n’en était pas moins chaleureuse pour autant.

Originaire du Missouri, Shawn Barker consacre sa carrière exclusivement à Johnny Cash et fait tournée partout dans le monde.

The Man in Black – Hommage à Johnny Cash a tenu pendant cinq ans l’affiche du Capitole de Québec pendant l’été et a aussi été présenté au Théâtre des Pays d’en Haut, à Saint-Sauveur, l’an dernier. La rétrospective brille sur les planches du Théâtre St-Denis 2 jusqu’au 11 juillet, dans le cadre du Festival Juste pour rire qui, lui, se tiendra du 11 au 26 juillet. Hahaha.com pour informations.