NOUVELLES
28/06/2015 12:23 EDT | Actualisé 28/06/2016 01:12 EDT

Tunisie: "D'autres attaques possibles", avertit Londres, la reine "choquée"

La reine Elizabeth II, "choquée" par l'attentat vendredi en Tunisie qui a coûté la vie à 38 personnes dont au moins 15 Britanniques, a adressé ses condoléances dimanche aux familles des victimes, alors que Londres a averti de la possibilité d'autres attaques.

"Avec le Prince Philip, nous avons été choqués d'apprendre l'attaque sur des touristes britanniques vendredi en Tunisie. Nous adressons nos sincères condoléances aux familles des victimes et notre plus profonde sympathie à ceux qui sont gravement blessés et continuent à lutter pour leur vie", a déclaré la monarque dans un communiqué de Buckingham Palace.

"Nos pensées et nos prières vont vers les personnes de tous les pays qui ont été touchées par ce terrible événement", a-t-elle ajouté, alors que les drapeaux étaient mis en berne à Downing Street, la résidence du Premier ministre David Cameron.

"Le nombre de morts britanniques confirmés reste à quinze mais nous nous attendons à ce que ce bilan s'aggrave", a déclaré plus tôt dans la journée la ministre de l'Intérieur, Theresa May, après avoir présidé une nouvelle réunion de crise.

La BBC a indiqué que le bilan définitif pourrait se situer entre 25 et 30 morts britanniques, sur les 38 au total vendredi dans un hôtel près de Sousse.

Le nombre de victimes irlandaises est passé de un à trois, a par ailleurs annoncé dimanche Dublin.

Samedi, Tobias Ellwood, le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, qui a perdu un frère dans l'attentat de Bali en 2002, avait déclaré que certains des 25 Britanniques blessés à Sousse étaient "très gravement touchés".

Les noms de plusieurs victimes sont apparus dans les médias et des proches leur ont rendu hommage sur les réseaux sociaux.

Trois membres d'une même famille, un étudiant de 19 ans, son oncle et son grand-père, figurent parmi les victimes britanniques.

Cette attaque est d'ores et déjà la plus meurtrière pour les citoyens britanniques depuis les attentats suicides du 7 juillet 2005 à Londres, dont le pays s'apprête à commémorer le dixième anniversaire.

Il y a dix ans, une série de quatre explosions séparées dans les transports publics londoniens avait tué 56 personnes et fait plus de 700 blessés.

Le Foreign Office a actualisé ses conseils aux voyageurs à destination de la Tunisie. "D'autres attaques terroristes sont possibles, y compris dans des zones touristiques, y compris par des individus inconnus des autorités et dont les actions sont inspirées par des groupes terroristes via les réseaux sociaux. Vous devez être particulièrement vigilants actuellement et suivre les conseils des services de sécurité tunisiens et de votre agence de voyage", peut-on lire sur le site internet du ministère des Affaires étrangères.

Theresa May a aussi rappelé que Londres avait envoyé des diplomates, du personnel médical et des policiers en Tunisie pour prêter assistance aux citoyens britanniques et aider les autorités locales dans leur enquête.

Elle a précisé que rien ne permettait d'indiquer que les Britanniques aient été spécifiquement visés dans l'attaque de vendredi.

Des milliers de Britanniques continuaient à être rapatriés dimanche de Tunisie, après les 1.000 déjà rentrés la veille, selon les tour-opérateurs.

La Tunisie est une destination très populaire pour les Britanniques qui ont été 424.707 à s'y rendre en 2014, d'après les chiffres du Foreign Office.

jk/abk