NOUVELLES
28/06/2015 17:40 EDT | Actualisé 28/06/2016 01:12 EDT

Premier revers pour SpaceX avec l'explosion de son lanceur pour une mission vers l'ISS

La fusée Falcon 9 de SpaceX, avec à bord une capsule Dragon non habitée destinée à approvisionner la Station spatiale internationale, a explosé peu après son décollage dimanche de Floride, marquant le premier échec de la société californienne après une longue série de succès.

Toutefois des responsables de la Nasa, sans minimiser les pertes dans ce que transportait le vaisseau, ont affirmé que cet accident n'affecterait pas l'équipage à bord de la Station, qui a suffisamment de réserves pour plusieurs mois.

La fusée a explosé deux minutes et 19 secondes après le décollage à 10H21 locales (14H21 GMT), a confirmé lors d'une conférence de presse Guynne Shotwell, directrice générale de SpaceX.

"Le premier étage de la fusée a bien fonctionné et le vol était normal jusqu'à la 139e seconde, quand nous avons eu un problème de pression dans le second étage de la fusée", a-t-elle expliqué sans préciser dans quel délai les vols pourraient reprendre.

Dragon transportait près de deux tonnes de matériel et d'approvisionnement pour la Nasa, dont des aliments et des vêtements pour l'équipage ainsi que du matériel destiné à des expériences scientifiques pour étudier la combustion en micro-gravité, faire la première observation depuis l'espace de météores entrant dans l'atmosphère terrestre, et continuer à effectuer des recherches sur les effets sur l'organisme humain de séjours prolongés en apesanteur.

Il s'agissait de la septième mission de ravitaillement de l'ISS effectuée par SpaceX pour le compte de la Nasa sur les 12 prévues dans le cadre d'un contrat de 1,6 milliard de dollars.

- Suffisamment de provisions -

Le responsable de l'exploration spatiale habitée de la Nasa, William Gerstenmaier, a assuré devant la presse que "l'équipage de l'ISS ne fait face à aucun danger" après cet échec, précisant qu'il y avait "suffisamment de provisions à bord, comme de la nourriture et de l'eau".

Mais il a dit que la Nasa "avait perdu un grand nombre de matériels pour des recherches scientifiques importantes" ainsi que des équipements importants comme un scaphandre spatial et un adaptateur d'amarrage des vaisseaux.

M. Gerstenmaier a également souligné qu'un vaisseau de fret russe Progress était attendu le 3 juillet, suivi en août par un vaisseau d'approvisionnement japonais HTV. Le précédent Progress avait été perdu fin avril à la suite d'un problème d'insertion en orbite.

Le responsable de l'ISS, Mike Suffredini, a indiqué que cet échec, le troisième depuis octobre pour une mission d'approvisionnement de la Station, "était une déception". Mais, a-t-il relevé, "cela ne remet pas en cause la présence de six membres d'équipage dans l'ISS" actuellement au nombre de trois.

"Nous prévoyons toujours qu'un tel accident peut arriver" et "gardons suffisamment de provisions à bord".

SpaceX et Orbital Sciences sont les deux seules firmes privées avec lesquelles la Nasa a conclu des contrats d'approvisionnement de l'ISS.

Orbital Sciences, qui a déjà effectué deux vols d'approvisionnement de l'ISS, a subi un accident lors du lancement de sa troisième mission le 29 octobre dernier, en raison de la défaillance d'un des moteurs russes de son lanceur Antares. Le lanceur devrait revoler au printemps 2016, selon William Gerstenmaier.

Pour SpaceX, il s'agit du premier accident de son lanceur Falcon9 après 18 vols réussis dont six pour approvisionner l'ISS.

"Cet échec rend SpaceX plus normal dans un sens car toutes les autres sociétés de lancement ont eu des accidents", a dit à l'AFP John Logsdon, l'ancien directeur du Space Policy Institute à Washington.

Selon lui, on ne peut pas encore parler "de revers majeur car un tel accident fait partie du risque des activités de lancement".

Il a aussi jugé prématuré de parler "d'impact sur les futures activités de SpaceX" qui avec Boeing a été retenue pour transporter des astronautes de la Nasa vers l'ISS à partir de 2017.

M. Logsdon a prédit que SpaceX aura probablement déterminé au cours des prochaines semaines la cause de cet accident. Les lanceurs sont équipés de nombreux capteurs qui transmettent un grand nombre de données, a expliqué cet expert.

Pour Greg Autry, professeur à l'Ecole de gestion de l'Université de Californie, cet accident sera du pain bénit pour les concurrents de SpaceX.

"SpaceX a un excellent palmarès pour une startup et est parvenue pratiquement à s'établir comme un véritable compétiteur dans l'espace", a-t-il dit dans un communiqué.

Mais avec cet accident la société fondée par Elon Musk en 2002, "est dans le collimateur" surtout au moment où elle a remporté une dure bataille pour obtenir la certification de l'US Air Force pour lancer les satellites militaires américains. Ce marché était contrôlé exclusivement par United Launch Alliance, une société conjointe entre Boeing et Lockheed Martin.

js-ksh/gg