NOUVELLES
28/06/2015 11:51 EDT | Actualisé 28/06/2016 01:12 EDT

La famille d'un Américain détenu en Iran vient à Vienne pour plaider sa cause

Les proches d'Amir Hekmati, un ex-Marine américain détenu en Iran pour espionnage depuis 2011, sont venus à Vienne pour demander la libération du prisonnier, en marge des négociations nucléaires entre Téhéran et les grandes puissances.

"Nous devons absolument profiter de ce moment et faire pression, pendant qu'ils (Iran et Etats-Unis) sont assis à la même table", a expliqué dimanche à l'AFP Sarah Hekmati, la soeur du détenu, venue avec son époux à Vienne.

Elle a demandé à rencontrer la délégation iranienne présente dans la capitale autrichienne pour les négociations, mais en vain jusqu'à présent.

Des lettres ont aussi été envoyées aux responsables iraniens pour demander un geste de clémence pendant le mois sacré de ramadan.

"Nous nous battons depuis quatre ans, nous sommes épuisés", a ajouté Mme Hekmati, évoquant le calvaire de la famille depuis l'incarcération de son frère.

"Le temps n'est pas de notre côté", ajoute-t-elle, en évoquant son père, atteint d'une tumeur au cerveau.

Arrêté en août 2011, Amir Hekmati, 31 ans, a été reconnu coupable d'espionnage au profit de la CIA, l'agence américaine de renseignement, en dépit des démentis de Washington. Il a été condamné à mort en janvier 2012 mais sa peine a été annulée deux mois plus tard par la Cour suprême iranienne, et commuée en dix ans de prison.

Selon sa famille, le jeune homme rendait visite à des proches en Iran lorsqu'il a été arrêté.

Né aux Etats-Unis de parents iraniens, Amir Hekmati a servi dans les Marines américains puis comme consultant, en tant que traducteur.

Barack Obama avait évoqué son cas en septembre 2013 lors de sa conversation téléphonique historique avec son homologue iranien Hassan Rohani, la première entre dirigeants des deux pays depuis la rupture de leurs relations diplomatiques en 1980.

L'Iran et les grandes puissances du P5+1 (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie, Chine et Allemagne) ont repris à Vienne de difficiles négociations pour tenter de parvenir dans les jours qui viennent à un accord historique sur le nucléaire iranien.

jkb/cf/phs/cr/