NOUVELLES
28/06/2015 17:01 EDT | Actualisé 28/06/2016 01:12 EDT

Défilés parisiens: un parfum d'Amérique flotte sur le vestiaire masculin

Un parfum d'Amérique enveloppe le vestiaire masculin de l'été 2016: bomber, blouson de baseball, silhouette grunge (Saint Laurent), jean rappelant la bannière étoilée (Givenchy) et imprimés Marilyn (Dries Van Noten) ont marqué la Semaine de la mode parisienne, qui s'est achevée dimanche.

Les imprimés exotiques ont aussi une place de choix dans cette garde-robe estivale, qui tend toujours plus à gommer les frontières entre les sexes.

Revue en quelques tendances:

Le bomber, encore

Déjà en vogue depuis quelques saisons, le bomber confirme son statut de pièce incontournable du vestiaire. Kris Van Assche pour Dior l'orne de broderies de roses blanches, en patches sur les manches. Il le retourne aussi: habituellement cachée, la couleur orange de la doublure intérieure vient éclater sur un spectaculaire bomber en croco.

Il est noir et sobre chez Givenchy, à carreaux noirs et rouges chez Sacai, porté sur un bermuda identique. A imprimés graphiques ou à volutes chez Hermès, il est couleur saumon ou blanc du côté de la marque Pigalle. Le blouson d'aviateur de Berluti est bleu ou gris perle.

Louis Vuitton et Saint Laurent préfèrent des soyeux blousons teddy à manches raglan.

Vive le sport!

Pas de chance pour les invités assis derrière eux: les basketteurs géants de la NBA Amar'e Stoudemire, Russell Westbrook et Serge Ibaka étaient au premier rang de nombreux défilés. Notamment le show Balmain, fréquenté par d'autres sportifs, comme le footballeur Karim Benzema et le plongeur britannique Tom Daley.

Dans les collections aussi, le sportswear était bien là: Givenchy a revisité le maillot de football américain à col V, porté sur un polo ou une chemise, parfois ornementé d'images du Christ. Le directeur artistique Riccardo Tisci a par ailleurs transformé un jean en drapeau américain, étoiles sur une jambe, rayures sur l'autre.

Chez Louis Vuitton, les tops de baseball bicolores s'anoblissent avec soie et broderies, de même que le pantalon de survêtement.

Alexandre Matiussi, le créateur en vogue de la marque AMI, propose de combiner pantalon de sport et veste écossaise, ou de rentrer sa veste de football zippée dans un pantalon à rayures tennis. La basket blanche reste en scène, à scratch surtout.

Chez Kenzo, on pratique le parachutisme, avec des sangles qui flottent au vent, des combinaisons militaires, des inscriptions "pull" sur des hauts.

Imprimés à foison

Les imprimés exotiques sont à la mode: jaunes ou vertes, les perruches d'Issey Miyake se perchent sur des chemises et des débardeurs. Chez Louis Vuitton des broderies d'oiseaux d'inspiration asiatique agrémentent les blousons et des fleurs paradisiaques envahissent aussi des ensembles chemises et bermudas en soie.

Le palmier est un des motifs récurrents de la collection Saint Laurent, évoquant la côte ouest des Etats-Unis. Il parsème aussi celle de Dries Van Noten. Mais la star reste Marilyn Monroe, qui s'invite sur presque tous les modèles du créateur belge: des photos d'elle en noir et blanc s'impriment sur un short, un pantalon, une veste de blazer.

Les imprimés fauve ne sont pas en reste: léopard chez Dries Van Noten, tigre pour les explorateurs chics de Balmain, subtilement colorés chez Lanvin.

Le losange revient beaucoup chez Dior, Sacai, AMI, tandis que Loewe est allé s'inspirer de dessins animés asiatiques.

Vers un vestiaire partagé homme/femme?

Chez plusieurs maisons, des femmes étaient présentes dans les défilés masculins. C'était le cas de Saint Laurent ainsi que de Balmain, qui présentait son premier show pour l'homme, tout en montrant une sélection de sa collection croisière de prêt-à-porter féminin. Givenchy a également profité du défilé homme pour présenter onze silhouettes de haute couture.

Mais au-delà de cette présence féminine sur les podiums, beaucoup de silhouettes étaient androgynes, comme chez Loewe ou la marque américaine Hood by Air.

Gucci avait donné le ton à Milan avec son défilé "détournement" empruntant aux codes vestimentaires féminins. Chez AMI, quelques femmes portaient les mêmes tenues sportswear que les hommes.

Le défilé Hermès était quant à lui empreint d'une certaine féminité avec ses délicats imprimés fleuris, ses carrés noués autour du cou, ses pulls déboutonnés sur l'épaule.

alm/abk