NOUVELLES
27/06/2015 21:22 EDT | Actualisé 27/06/2016 01:12 EDT

Copa America 2015 - Brésil-Paraguay: déclarations

Ramon Diaz (sélectionneur du Paraguay, qualifié pour les demi-finales): "Ce fut un match intense et disputé contre une grande équipe: nous savions ce que nous avions à faire pour les battre et nous l'avons fait, même si on a dû passer par les tirs au but. Cette victoire est avant tout celle de mes joueurs qui ont toujours été convaincus qu'ils pouvaient aller loin et battre le Brésil. Maintenant c'est une autre grande sélection qui nous attend en demi-finale avec l'Argentine: on la connait bien et il va falloir bien préparer ce match, mais il faut rester calme. Je crois que le Paraguay s'est fait respecter durant ce tournoi: nous avons affronté l'Argentine (2-2), l'Uruguay (1-1) et le Brésil et nous n'avons perdu aucun de ces trois matches. C'est vrai aussi que nous n'avons gagné aucun, mais je crois qu'il y a aura à l'avenir plus de respect pour notre équipe".

Dunga (sélectionneur du Brésil, éliminé en quart de finale): "Historiquement, la Copa America est une compétition difficile pour le Brésil qui s'y est imposé peu de fois (8, NDLR). Quand on la remporte, on en parle peu et quand on perd, on dit qu'il manque quelque chose. Oui, Neymar est important pour le Brésil comme il est important pour Barcelone, mais nous avons des joueurs des qualité. Il faut continuer à travailler pour donner satisfaction à nos supporteurs. Il est inutile de se lamenter sur notre sort, il faut travailler et cela ira prochainement mieux. Cette élimination est un apprentissage en vue des éliminatoires pour la Coupe du monde 2018".

Robinho (attaquant du Brésil, éliminé par le Paraguay): "En première période, nous étions supérieurs à eux, mais malheureusement, nous n'avons pas réussi à tuer le match en marquant un deuxième but et après ils ont réussi à égaliser. (A propos de sa sortie à la 86e minute et son remplacement par Everton Ribeiro qui a raté son tir au but). Je voulais rester pour participer à la séance des tirs au but, j'ai demandé à rester, mais je respecte la décision de notre entraîneur".

Derlis Gonzalez (attaquant du Paraguay, qualifié pour les demi-finales): "Voir ses coéquipiers verser des larmes de joie est quelque chose d'unique. Personne n'avait vraiment confiance en nous quand on est arrivé ici et on a montré qu'on était une équipe unie qui maintenant peut encore aller encore plus loin. On est resté calme, même quand on a souffert en première période. On a mieux joué après la pause. Maintenant il faut penser à se reposer et après on pourra penser à l'Argentine".

bur/jr/tll