NOUVELLES
27/06/2015 07:11 EDT | Actualisé 27/06/2016 01:12 EDT

Vietnam: un important dissident sort de prison

L'avocat vietnamien Le Quoc Quan, l'un des dissidents les plus importants du pays, est sorti samedi de prison, à l'expiration de sa peine de deux ans et demi d'emprisonnement.

Ce dissident de 43 ans a été libéré samedi matin d'une prison de la province de Quang Nam (centre) et a pu retrouver sa famille.

"Je suis très heureux", a-t-il déclaré à l'AFP après sa libération.

Quan avait fait une grève de la faim à cinq reprises en prison. Il avait été reconnu coupable de "fraude fiscale" en octobre 2013 lors d'un procès dénoncé comme politique où des centaines de manifestants avaient réclamé sa libération. Il était accusé d'avoir tenté de contourner le fisc et avait été arrêté en décembre 2012.

Il s'est dit "très inquiet" de la politique agressive de Pékin en mer de Chine méridionale, autour d'îles également revendiquées par Hanoï.

"Je prie tous les jours pour la souveraineté du Vietnam", a-t-il ajouté.

Quan avait été fortement impliqué dans une série de manifestations anti-chinoises en 2011 dénonçant les revendications territoriales de Pékin en mer de Chine, qui avaient mis le Vietnam en porte-à-faux avec son grand voisin et partenaire commercial.

Human Rights Watch avait dénoncé un procès "politique" et appelé à la libération immédiate de l'avocat, connu pour ses textes sur internet consacrés au non-respect des droits de l'Homme et à l'absence de pluralisme politique et de liberté religieuse.

Quan a toujours nié les accusations portées contre lui. Il a dit à l'AFP samedi que son emprisonnement était "un déni de justice" et qu'il continuerait à militer pour en faveur des opposants qui "souffrent encore en prison".

Les Etats-Unis avaient vivement critiqué la condamnation de Quan et ont appelé à plusieurs reprises Hanoi à libérer l'avocat catholique.

Le Vietnam est régulièrement dénoncé par les groupes de défense des droits de l'Homme et les gouvernements occidentaux pour sa répression de toute opposition politique et les violations systématiques de la liberté religieuse.

Selon Washington, le nombre de prisonniers de conscience est en baisse, de plus de 160 en 2013 à environ cent aujourd'hui.

ceb/ltl/dth/at