NOUVELLES
27/06/2015 08:24 EDT | Actualisé 27/06/2016 01:12 EDT

Tour de France - L'Erythrée autorise deux cyclistes à participer

Le président érythréen Issaias Afeworki a donné son feu vert à la participation de deux de ses concitoyens au Tour de France, selon le site du ministère de l'Information samedi, en dépit d'antécédents de défections de sportifs lors d'événements internationaux.

Les deux coureurs, Merhawi Kudus, 21 ans, et Daniel Teklehaimanot, 26 ans, font partie de l'équipe sud-africaine MTN-Qhubeka, première formation du continent à participer à la Grande Boucle. Ils courront aux côtés de trois Sud-Africains, un Norvégien, un Belge, un Américain et un Britannique.

L'Erythrée a récemment choisi de se retirer d'événements sportifs internationaux majeurs, dont la Coupe d'Afrique des Nations 2015, à la suite de deux défections de son équipe de football.

Mais le président Afeworki a salué "les succès remarquables" des deux cyclistes et leur a même donné des vélos de course, toujours selon le ministère de l'Information. Les deux hommes ont déjà participé à plusieurs courses à l'étranger et n'en ont jusqu'ici jamais profité pour faire défection.

"Les succès inédits des cyclistes attestent du haut niveau technique que le cyclisme a atteint dans le pays, s'est félicité le président érythréen, cité par le ministère. La participation de cyclistes érythréens de haut niveau à des courses internationales de haute réputation inspirera les jeunes qui voient en (eux) des modèles".

L'Erythrée, l'un des pays les plus fermés de la planète, est régulièrement épinglée pour ses violations des droits de l'Homme et un service militaire qui dans les faits peut durer des décennies.

En juin, un rapport de l'ONU a encore estimé à quelque 5.000 le nombre d'Erythréens fuyant chaque mois le pays de la Corne de l'Afrique.

Le rapport onusien de 500 pages publié après un an d'enquête détaille la façon dont le régime du président Afeworki, au pouvoir depuis 1991, a instauré un système répressif dans lequel les gens peuvent être arrêtés sur un coup de tête, maintenus en détention, torturés, tués ou disparaître.

Les Erythréens sont le deuxième groupe le plus important, après les Syriens, à traverser la Méditerranée au péril de leur vie pour se réfugier en Europe.

pjm/aud/ol/chc/ig