NOUVELLES
27/06/2015 10:06 EDT | Actualisé 27/06/2016 01:12 EDT

Syrie: 40 membres des forces pro-gouvernementales tués par l'EI dans le centre

Au moins 40 membres des forces pro-gouvernementales syriennes ont été tués dans une série d'attaques du groupe jihadiste Etat islamique (EI) contre des points de contrôle dans le centre du pays, a indiqué samedi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

En l'espace de moins de deux heures vendredi, les jihadistes ont pris le contrôle de trois points de contrôle près de Cheikh Hilal, un village dans la province de Hama, selon cette ONG.

"Quarante loyalistes ont été tués dans les affrontements, dont des soldats et des membres des Forces de défense nationales", une milice pro-régime locale, a indiqué à l'AFP le président de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

"Il y a des combats presque tous les jours dans cette région, mais d'habitude le bilan c'est deux à trois morts. Quarante, c'est très élevé", a-t-il ajouté.

Selon M. Abdel Rahmane, les jihadistes se sont retirés des points de contrôle dont ils s'étaient emparés, une fois qu'ils ont réalisé que les forces pro-gouvernementales avaient appelé des renforts.

Les lieux visés se situent le long d'une route utilisée par les forces gouvernementales pour envoyer des renforts à Alep, plus au nord, où le régime combat des groupes rebelles depuis 2012.

"S'ils (les jihadistes) prennent le contrôle de cette route, ils isoleront les forces gouvernementales à Alep, dans la mesure où le gouvernement ne pourra pas envoyer de renforts ou d'approvisionnement là-bas", a indiqué M. Abdel Rahmane.

Le groupe EI a lancé plusieurs attaques meurtrières contre le régime ces derniers mois dans la province de Hama. En mars, l'EI avait tué 63 soldats lors de deux jours de raids sur des positions du gouvernement dans la ville de Hama et avait exécuté au moins 37 civils dans un village de cette province.

La Syrie est ravagée depuis 2011 par un conflit complexe impliquant régime, rebelles syriens, Kurdes et jihadistes. Plus de 230.000 personnes y ont péri depuis 2011, selon l'OSDH.

mjg/vl/bpe