NOUVELLES
27/06/2015 09:53 EDT | Actualisé 27/06/2016 01:12 EDT

Quitter la FIFA a été une décision libératrice, mentionne Sepp Blatter

GENÈVE - Sepp Blatter, qui qualifie de libératrice sa décision de quitter la FIFA, s'attend à ce que l'élection pour lui trouver un remplaçant se tienne au début de 2016.Blatter a annoncé le 2 juin sa sortie de la présidence, dans un contexte où les Américains et les Suisses se penchent sur la corruption dans le soccer.Dans un entretien avec le journal suisse Walliser Bote, Blatter dit que son retrait était la seule façon d'enlever de la pression sur la FIFA et ses employés.Il ajoute qu'une date réaliste pour le scrutin est le début de l'an prochain. Cela éviterait un conflit avec la Coupe du monde des clubs (au Japon, du 10 au 20 décembre), en plus de permettre une campagne électorale de quatre mois, comme le requiert la FIFA. Blatter, 79 ans, a dit que ses derniers mois aux commandes vont être chargés, même si plusieurs le voient comme ayant perdu sa crédibilité.«Je suis encore le président de la FIFA et je suis pleinement capable de gouverner, a confié Blatter. La FIFA et le soccer ont été la chose la plus importante dans ma vie depuis 40 ans. Jusqu'à mon dernier jour en poste, je vais utiliser toute ma force et mon inspiration pour ramener le navire à bon port.»La Suisse enquête sur la possibilité de blanchiment d'argent et d'une mauvaise gestion de nature criminelle à la FIFA, principalement en ce qui concerne le processus de candidatures qui a mené à l'octroi du Mondial de 2018, à la Russie, et de celui de 2022, au Qatar.Les États-Unis s'intéressent à de possibles pots-de-vin liés au vote qui a accordé la Coupe du monde de 2010 à l'Afrique du Sud, ainsi qu'à des soupçons de corruption et de fraude impliquant des dirigeants de la FIFA, pour des tournois tenus en Amérique du Nord et du Sud.