NOUVELLES
27/06/2015 07:53 EDT | Actualisé 27/06/2016 01:12 EDT

Khader Adnane, détenu palestinien en grève de la faim, peut mourir "à tout instant" (avocat)

Le Palestinien Khader Adnane, détenu dans une prison israélienne depuis et en grève de la faim depuis 53 jours, est désormais dans un état critique et risque de mourir "à tout instant", a prévenu samedi son avocat.

"Khader Adnane peut mourir brusquement et à tout instant, les médecins me l'ont confirmé", a affirmé à l'AFP Me Jawad Boulos.

"On m'a appelé au milieu de la nuit pour me dire que les médecins de l'hôpital israélien où Khader Adnane se trouve actuellement étaient en alerte en raison de la dégradation de son état", a ajouté l'avocat qui s'est rendu samedi matin au chevet de son client.

"Je l'ai trouvé dans un état encore plus critique, incapable de bouger, à tel point qu'ils ont même retiré les menottes qui enserraient ses poignets et ses chevilles", a-t-il poursuivi.

M. Adnane avait été arrêté il y un an, peu après l'enlèvement et l'assassinat de trois jeunes Israéliens, qui avait entraîné une vague d'interpellations de plusieurs centaines de Palestiniens en Cisjordanie occupée.

Il avait déjà mené en 2012 une grève de la faim qui avait duré 66 jours pour dénoncer sa détention. Il avait été libéré à l'issue de cette grève, durant laquelle il n'avait ingéré que des vitamines et du sel. Cette fois-ci, il refuse d'ingurgiter quoi que ce soit, si ce n'est de l'eau.

Le gouvernement palestinien a déjà prévenu Israël qu'il le tenait pour responsable du sort de Khader Adnane, alors que le gouvernement israélien a relancé mi-juin le processus d'adoption d'une loi qui autoriserait à nourrir de force les prisonniers lorsque leur vie est en danger.

La majorité des prisonniers palestiniens ayant mené des grèves de la faim en Israël sont sous le régime de la détention administrative, qui permet de les retenir sans les inculper pour des périodes de six mois renouvelables indéfiniment, comme c'est le cas de M. Adnane.

he/sbh/nbz