NOUVELLES
27/06/2015 11:09 EDT | Actualisé 27/06/2016 01:12 EDT

Grèce: l'ombre du référendum avorté de 2011 plane sur celui de Tsipras

Le référendum proposé par le Premier ministre grec Alexis Tsipras pour se sortir de l'impasse des négociations à Bruxelles est un coup de poker risqué, le précédent de 2011 ayant entraîné la chute du Premier ministre Georges Papandréou.

Il y a quatre ans, déjà en pleine crise financière, la Grèce avait négocié un accord européen prévoyant notamment une réduction de 100 milliards de sa dette et de nouveaux prêts internationaux, en échange de nouvelles mesures d'austérité.

Quatre jours après cet accord, le Premier ministre socialiste Georges Papandréou avait décidé à la surprise générale de soumettre ce plan au peuple. Les Grecs "veulent-ils l'adoption du nouvel accord ou le rejettent-ils ? Si les Grecs n'en veulent pas, il ne sera pas adopté", avait assuré le Premier ministre.

L'annonce de ce projet avait créé une crise politique en Grèce et des remous en Europe, la perspective d'un "non" menaçant de plonger la Grèce dans la faillite et de lui faire quitter la zone euro. Artisans du plan d'aide, le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel avaient affirmé leur détermination à le faire appliquer.

Papandréou avait été désavoué au sein même de ses troupes, plusieurs ministres se prononçant contre le référendum tandis que des figures du parti socialiste réclamaient la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Malgré un rétropédalage et l'abandon du projet de référendum, il avait dû démissionner, remplacé par un gouvernement de technocrates.

A l'époque, Alexis Tsipras, considérait que le référendum était un "tour de passe-passe du gouvernement pour gagner du temps". "Si notre Premier ministre procède à un référendum et met le peuple devant le dilemme +l'Euro et des mesures (d'austérité) ou le Grexit+ (sortie de la Grèce de l'Europe), alors l'économie va s'effondrer et notre pays va aller à la banqueroute avant que nous allions aux urnes. Ce ne sera pas un référendum mais ce sera un jeu dangereux pour notre pays", déclarait-il alors.

Aujourd'hui, les rôles sont inversés et c'est à Papandréou d'accuser le Premier ministre de la gauche radicale de "transférer au peuple grec la responsabilité de l'échec total de son gouvernement à négocier". Et d'assurer que ce référendum n'a rien à voir avec celui de 2011.

M. Papandréou a pris aussi sa revanche au mois de mai, quand M. Sarkozy avait souhaité remettre au goût du jour les référendums en France. "Bravo Nicolas, quelle brillante idée!", avait-il tweeté.

L'idée d'un référendum avait fait surface en avril dernier. "Si je me retrouve avec un accord au-delà des limites (de mon mandat), je n'aurai pas d'autre choix, le peuple décidera", avait déclaré M. Tsipras, dans une interview télévisée.

Le dernier référendum en Grèce remonte à 1974, quand les Grecs avaient scellé l'abolition de la monarchie après la dictature des colonels.

kan-pau/od/cr