NOUVELLES
27/06/2015 12:38 EDT | Actualisé 27/06/2016 01:12 EDT

Défilés masculins à Paris: le "bourgeois cool" de Dior

L'homme Dior de l'été 2016 est un "bourgeois cool" selon le créateur Kris Van Assche, qui a présenté un vestiaire combinant de classiques motifs Argyle en losange et des imprimés camouflage, samedi au quatrième jour des défilés de mode masculine à Paris.

Adepte du mélange d'une élégance traditionnelle et du sportswear, le directeur artistique de Dior homme a ainsi revisité le blazer sous toutes ses formes et anobli le bomber.

"J'ai essayé de redéfinir une nouvelle bourgeoisie, qui connaît tout des codes de ses parents, de l'élégance, mais les mélange avec les codes de la rue, et en fait quelque chose de plus cool", a expliqué le créateur belge à l'AFP.

Pièce phare du streetwear, le bomber s'ornait de broderies de roses blanches, des fleurs qu'affectionnait Christian Dior. Un parterre de deux mille rosiers avait été disposé sur les terrains couverts du Tennis club de Paris, où avaient pris place notamment Karl Lagerfeld ainsi que les acteurs Marisa Berenson, Adam Driver et Pierre Niney.

La célèbre doublure orange du bomber venait colorer de nombreuses pièces du vestiaire: l'intérieur d'un blazer bleu marine, la tranche d'une ceinture, un col de polo. Le motif camouflage, autre classique du streetwear, a remplacé le denim, quasiment absent de cette collection: il s'imprime sur l'intérieur de parkas, et même, de façon plus épurée en noir et blanc, sur une "chemise de banquier".

Autre constante de cette collection, les losanges du motif Argyle, en maille, en broderies sur des chemises, ou travaillés avec du cuir "fin comme du papier".

Cette volonté de mélange se retrouve sur des pantalons stricts agrémentés de plusieurs poches à fermeture Eclair. Aux pieds, des baskets, ou des chaussures ornées à la fois de boucles classiques et de zips pour un côté plus punk.

Outre l'orange, Kris Van Assche a injecté du rouge, du jaune et du bleu dans sa collection, s'inspirant du travail d'une artiste américaine, Kristin McKirdy, spécialiste de la céramique.

"Je ne suis pas connu pour mon utilisation de la couleur et j'ai trouvé dans son travail à elle une façon de l'incruster, de l'infiltrer presque. On a fini par faire une collaboration", a expliqué le créateur.

Résultat: une série de grigris, portés à la main ou autour du cou par les mannequins du défilé, dont les touches de couleur faisaient écho à celle de la collection.

alm/mpf/mw/cr/