NOUVELLES
27/06/2015 06:41 EDT | Actualisé 27/06/2016 05:12 EDT

«Mère Canada»: un monument de guerre loin de faire l'unanimité (PHOTOS)

NFNM

Un monument de grande envergure dédié aux Canadiens morts dans des conflits à l'étranger, dont la construction est prévue sur les berges de Green Cove, dans le Parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, fait débat au pays.

Nommée "Mère Canada", la statue de 24 mètres de hauteur doit représenter une femme éplorée au long voile et aux bras tendus vers l'Europe. Plus précisément vers le monument commémoratif canadien des victimes de la Première Guerre mondiale de la crête de Vimy, en France.

Galerie photoNever Forgotten National Memorial in Cape Breton Voyez les images


Cette initiative est portée depuis 2013 par l'homme d'affaires torontois Tony Patrick Trigiani et sa Fondation du mémorial national N'oublions jamais. Elle a reçu l'appui de Parcs Canada et de plusieurs personnalités, dont l'ancien premier ministre fédéral John Turner, les anciens premiers ministres provinciaux Frank McKenna et Jean Charest, des gens d'affaires de premier plans et les journalistes vedettes Peter Mansbridge de CBC et Lisa La Flamme de CTV.

Tous sont parrains honoraires de la Fondation du mémorial national N'oublions jamais, comme l'actuel ministre de la Justice, Peter MacKay, aussi député de Nova-Centre, non loin du Cap-Breton où le monument doit être construit d'ici 2017.

Les détracteurs du projet sont également nombreux. Ils soutiennent qu'une telle statue n'a pas sa place dans un parc national et que le monument dévaloriserait les centaines de mémoriaux canadiens aux victimes de guerre existants, mais moins audacieux. Ils critiquent également l'absence de consultation publique en bonne et due forme, d'évaluation environnementale et le manque de détails sur le financement du projet de 60 millions $, qui doit officiellement venir du secteur privé.

Un groupe de citoyens, "Friends of Green Cove", s'est formé pour empêcher sa réalisation à l'endroit prévu. Il est entre autres appuyé par 28 anciens gestionnaires de Parcs Canada, qui ont écrit au ministre fédéral de l'Environnement, Leona Aglukkaq, pour signifier que le complexe commémoratif - qui comprendra un centre d'interprétation, un casse-croûte et un magasin de souvenirs - mettrait en péril "l'intégrité écologique" du parc.

Cette sortie va dans le sens de l'un des critiques principales du projet "Mère Canada" voulant qu'il contrevienne au mandat de Parcs Canada, qui consiste à protéger et à mettre en valeur "des exemples représentatifs du patrimoine naturel et culturel du Canada (...) de manière à en assurer l'intégrité écologique".

La Société Géoscientifique de l'Atlantique a fait valoir dans une lettre au député libéral de la région, Mark Eyking - lui aussi parrain honoraire de N'oublions jamais - que les rochers du secteur de Green Cove étaient "très importants pour les géoscientifiques", à un point tel que le ministère néo-écossais des Ressources naturelles envisage de classé l'affleurement rocheux comme un site de patrimoine géologique.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter