NOUVELLES
27/06/2015 16:59 EDT | Actualisé 27/06/2016 01:12 EDT

A Cuba, des sénateurs américains prônent la réouverture des ambassades

Une délégation de sénateurs américains, composée de démocrates et républicains, a plaidé samedi à La Havane pour la réouverture des ambassades entre les deux pays, engagés depuis décembre dans un réchauffement historique de leurs relations.

"Nous devons ouvrir une ambassade, de manière complète", a déclaré le chef de la délégation, Patrick Leahy, sénateur démocrate du Vermont, lors d'une conférence de presse au côté de ses collègues Ben Cardin (démocrate, Maryland) et Dean Heller (républicain, Nevada).

Patrick Leahy a rappelé que le président Barack Obama a levé peu à peu les restrictions de voyage vers l'île communiste ces derniers mois, estimant que bientôt les vols réguliers entre les deux pays seront possibles.

Actuellement une dizaine de vols par semaine sont opérés entre Cuba et les États-Unis, mais il s'agit uniquement de trajets "humanitaires" destinés aux Cubano-Américains, car Washington interdit toujours aux touristes américains d'aller sur l'île communiste, en vertu de l'embargo imposé depuis 1962.

Les sénateurs, à Cuba pour quatre jours, ont reconnu qu'il y a encore une forte opposition au sein du Congrès américain à une totale normalisation des relations, mais ont assuré que cette position reste minoritaire et ont promis de tout faire pour obtenir le soutien des autres parlementaires.

"Quand le président a raison, je le soutiens, et le président a raison dans ce cas", a estimé le républicain Heller, qui se rendait pour la première fois à Cuba.

Les deux pays ont tenu depuis janvier plusieurs réunions de haut niveau pour préparer le rétablissement des relations diplomatiques et la réouverture des ambassades, attendu pour juillet.

Depuis 1977, ils sont chacun représentés via des Sections d'intérêt à Washington et La Havane, chargées essentiellement de tâches consulaires.

"Une des raisons pour laquelle il est important pour les États-Unis d'avoir une mission (diplomatique) complète à Cuba, c'est que cela peut (mieux) représenter les intérêts américains", a assuré le sénateur Cardin, précisant que la normalisation des relations "dépend des changements et avancées à Cuba" en matière de droits de l'homme.

La délégation, qui s'est réunie vendredi avec le numéro deux du gouvernement cubain, Miguel Diaz-Canel, a également rencontré des chefs d'entreprises, de simples citoyens et des diplomates étrangers, a-t-il précisé.

Cuba et les États-Unis ont entamé en décembre un processus de rétablissement de leurs relations diplomatiques, suspendues en 1961 pendant la Guerre froide.

Depuis, plusieurs délégations de parlementaires se sont rendues sur l'île pour y rencontrer des responsables locaux.

fj/ll/ka/ai