NOUVELLES
26/06/2015 18:24 EDT | Actualisé 26/06/2016 01:12 EDT

USA/Opposition au mariage gay: appel à un amendement à la Constitution

Le probable candidat à la Maison Blanche Scott Walker, gouverneur républicain du Wisconsin et opposant au mariage gay légalisé vendredi au niveau national, a appelé à un amendement à la Constitution qui donnerait aux Etats le droit de définir le mariage.

Dans un communiqué, le gouverneur a dénoncé "l'erreur grave" de la Cour suprême qui a légalisé vendredi le mariage homosexuel dans tous les Etats-Unis.

"Cing juges non élus ont pris sur eux de redéfinir l'institution du mariage", a indiqué le probable futur candidat pour la présidentielle de 2016 en évoquant la décision prise par 5 voix contre quatre.

Après cette décision, "la seule alternative qui est laissée au peuple américain est de soutenir un amendement à la Constitution américaine pour réaffirmer le pouvoir des Etats de continuer à définir le mariage", dit-il.

Un peu plus tôt, le candidat déclaré Jeb Bush avait estimé que la Cour suprême "aurait du donner la possibilité aux Etats de pouvoir prendre cette décision", affirmant: "guidé par la foi, je crois au mariage traditionnel".

Le gouverneur républicain de Louisiane (sud) Bobby Jindal a appelé à signer une pétition invoquant la défense de la "liberté religieuse".

Le gouverneur, qui s'est récemment lancé dans la course à la Maison blanche, a affirmé que la décision de la plus haute juridiction américaine "ouvre la voie à une attaque tous azimuts contre les droits des chrétiens à la liberté religieuse".

La Louisiane fait partie des 13 Etats --beaucoup dans le Midwest des Etats-Unis-- où les homosexuels ne pouvaient pas se marier, jusqu'à vendredi.

Au Texas (sud), le gouverneur républicain Greg Abbott a affirmé que "malgré la décision de la Cour, le droit fondamental des Texans reste protégé. Aucun Texan n'est obligé, après cette décision, d'aller à l'encontre de ses croyances religieuses", a indiqué un communiqué.

Il s'est référé à une loi de l'Etat assurant "des protections légales robustes" à ceux qui conservent une "compréhension traditionnelle du mariage".

Dans ces deux derniers Etats, la situation tournait à la confusion, selon la presse locale.

En Louisiane, les fonctionnaires ont été priés d'attendre 25 jours avant de donner des licences de mariage, sous réserve de décisions judiciaires.

Au Texas, des licences ont commencé à être données à certains endroits mais pas à d'autres, après que le procureur de l'Etat, Ken Paxton, eut demandé aux fonctionnaires d'attendre son interprétation de la décision nationale.

Assurant vouloir défendre la liberté religieuse, il a déclaré qu'"aucun tribunal, loi, règlement ou mots ne changeront la simple vérité qui fait que le mariage est l'union entre un homme et une femme".

Dans le Mississippi (sud), le procureur de l'Etat Jim Hood a affirmé que la décision n'était pas "immédiate", dans l'attente de celle annulant une précédente interdiction du mariage gay dans l'Etat.

Le gouverneur de Georgie (sud-est) Nathan Deal a indiqué que son Etat se conformerait à la loi, même si la question "devrait être réglée au niveau des Etats et non par la justice fédérale".

Celui du Michigan, le républicain Rick Snyder, a lui aussi appelé à "respecter le processus judiciaire", à accepter la diversité et à "traiter chacun avec le respect et la dignité qu'il mérite".

Le gouverneur démocrate du Kentucky Steve Beshear a pour sa part indiqué que "les lois antagoniques" dans le pays sur le mariage homosexuel ont créé un "environnement juridique injuste".

mso-ff/elm