NOUVELLES
26/06/2015 02:11 EDT | Actualisé 26/06/2016 01:12 EDT

Séoul sanctionne des entreprises soupçonnées de vente d'armes à Pyongyang

La Corée du Sud a imposé des sanctions vendredi à un centre de recherches syrien ainsi qu'à six entreprises et individus taïwanais soupçonnés de vente d'armes à la Corée du Nord.

Les autorités sud-coréennes ont déjà imposé des sanctions à des entreprises ou personnes basées en Corée du Nord, mais c'est la première fois que de telles mesures visent des entités extérieures à la péninsule.

Les sanctions font interdiction aux Sud-Coréens et aux entreprises sud-coréennes de faire affaire avec les entreprises et personnes inscrites sur une liste noire. Les contrevenants risquent jusqu'à trois ans d'emprisonnement ou 300 millions de wons (240.700 euros) d'amende.

Le Centre d'études scientifiques et de recherches syrien ainsi que trois entreprises taïwanaises -- Global Interface Company Inc, Trans Merits Co et Trans Multi Mechanics Co -- ont été portés sur la liste, a déclaré le ministère sud-coréen des Affaires étrangères dans un communiqué. Trois Taïwanais y figurent également.

Le ministère ne précise pas ce qui leur est reproché exactement.

La Corée du Sud a au titre des sanctions de l'ONU placé sur liste noire 12 individus et 20 organisations nord-coréens à la suite d'une série d'essais nucléaires et de missiles menés par Pyongyang en violation des résolutions des Nations unies.

Elle a également imposé unilatéralement des sanctions ayant de fait abouti au gel des relations commerciales avec la Corée du Nord à la suite du naufrage d'un de ses bâtiments de guerre en 2010. Pyongyang a toujours démenti toute implication dans ce naufrage.

lim/tm/ev/jh

GLOBAL INTERFACE