NOUVELLES
26/06/2015 08:37 EDT | Actualisé 26/06/2016 01:12 EDT

Piratage aux USA: la Chine juge "absurdes" les accusations de Washington

Pékin a qualifié vendredi de "logiquement absurdes" les déclarations de hauts responsables américains tenant la Chine comme la "principale suspecte" dans le piratage récent de données personnelles de millions de fonctionnaires fédéraux.

Le directeur du renseignement américain James Clapper "a clairement dit que la Chine restait un suspect principal" dans ce piratage d'énorme ampleur, "même si le gouvernement américain est toujours en train d'enquêter", avait indiqué jeudi un porte-parole de cette administration.

"Nous avons bien pris note que les Etats-Unis poursuivent leur enquête mais gardent l'impression que la Chine est responsable. Tout cela est logiquement absurde", a réagi Lu Kang, porte-parole de la diplomatie chinoise.

"De ce que nous comprenons, les Etats-Unis adoptent d'ores et déjà une présomption de culpabilité (à l'égard de la Chine) plutôt qu'une présomption d'innocence" avant même la fin de leurs investigations, a-t-il ajouté, lors d'un point presse régulier.

Début juin, le gouvernement américain avait annoncé le vol de données personnelles de quatre millions de fonctionnaires fédéraux.

Un peu plus tard, il a dû reconnaître que les pirates avaient également réussi à pénétrer une banque de données fédérales contenant les dossiers d'habilitation de sécurité (type secret défense par exemple).

Des sources gouvernementales s'exprimant sous couvert d'anonymat avaient rapidement attribué cette attaque à la Chine.

Certains experts considèrent que ce piratage est aussi dommageable pour les Etats-Unis que les révélations d'Edward Snowden, notamment par les possibilités de chantage qu'il permet sur les personnes concernées.

Le piratage informatique a été l'un des sujets soulevés par l'administration américaine lors d'un sommet entre les deux puissances mondiales cette semaine à Washington.

La question envenime depuis longtemps leurs relations diplomatiques.

En mai 2014, cinq militaires chinois avaient été inculpés aux Etats-Unis pour "piratage informatique" et "espionnage économique", ce contre quoi Pékin avait vivement protesté.

bur-jug/abk