NOUVELLES
26/06/2015 06:43 EDT | Actualisé 26/06/2016 01:12 EDT

La Suède accélère ses grandes manoeuvres à l'instar de la Russie

La Suède est en train d'accélérer ses grandes manoeuvres, en particulier en collaboration avec l'Otan, a affirmé vendredi le ministre de la Défense Peter Hultqvist, après la révélation d'un exercice russe d'invasion.

"C'est un fait établi que la Russie mène des exercices plus vastes, complexes et dans certains cas provocants, suscitant la défiance. Nous nous adaptons à cette évolution et renforçons actuellement nos capacités militaires et notre coopération internationale", a déclaré M. Hultqvist au quotidien de référence Dagens Nyheter.

Il a fait référence à de grandes manoeuvres prévues avec l'Otan en septembre en Espagne, et en 2018 en Norvège. L'armée suédoise vient aussi de participer à un exercice de l'Otan appelé Baltops en mer Baltique.

La Suède n'est pas membre de l'Alliance atlantique, et le soutien à une adhésion, même s'il a progressé récemment, reste minoritaire dans l'opinion publique. M. Hultqvist y est opposé.

"Nous devons nous adapter à la nouvelle réalité. L'idée est fermement ancrée au Parlement qu'il est important que les États-Unis soient représentés en Europe et que cela fait partie de l'équilibre des choses", a estimé le ministre social-démocrate.

Mercredi, le think tank américain Cepa (Centre d'analyse des politiques européennes) avait affirmé dans un rapport sur la géostratégie en mer Baltique que la Russie avait entraîné en mars 33.000 militaires à envahir des sites étrangers, y compris la plus grande île suédoise, Gotland.

Les experts militaires suédois l'ont interprété comme une provocation de Moscou plus que comme une répétition.

La Suède avait mis son armée à la diète après la chute de l'Union soviétique et concentré son effort sur la participation à des missions internationales. Mais le conflit en Ukraine l'a incitée à renverser la tendance.

Le 16 juin, le gouvernement a transmis au Parlement un projet de loi de programmation militaire qui, pour la première fois depuis la fin de la Guerre froide, proposait de "préparer la Suède à la guerre".

Gauche et droite s'étaient entendues en avril pour accroître le budget défense de 10,2 milliards de couronnes (1,1 milliard d'euros) sur la période 2016-2020, avec pour but entre autres de réinstaller l'armée sur l'île de Gotland et de moderniser la Marine.

Celle-ci avait connu un revers en octobre en étant incapable de localiser ce qu'elle qualifiait de "bâtiment étranger" dans les eaux territoriales près de Stockholm, malgré des observations par des civils.

po/hh/ros