NOUVELLES
25/06/2015 21:05 EDT | Actualisé 25/06/2016 01:12 EDT

La grève générale du taxi contre le service Uber a frappé fort en France

PARIS - Des chauffeurs de taxi ont détruit des voitures, brûlé des pneus et bloqué des routes en France pour protester contre le service Uber, jeudi, après des semaines de tension.La grève générale des chauffeurs de taxi a causé de graves ennuis de circulation automobile dans plusieurs grandes villes et empêché des voyageurs d'arriver à temps aux aéroports.Des voyageurs marchaient le long des routes avec leurs bagages, vers l'aéroport ou la quittant. Certains, comme la chanteuse Courtney Love, ont été pris dans des embuscades. Elle a été secourue par deux hommes à moto.Sur Twitter, Mme Love a soutenu que des chauffeurs en grève avaient «bloqué la voiture et pris son chauffeur en otage».La police antiémeute a chassé les manifestants de la route ceinturant Paris, sur laquelle des pneus avaient été mis en feu. Des images tournées un peu partout dans la ville montraient la colère des chauffeurs. Des voitures ont été renversées, des pneus crevés, des pare-brises fracassés.Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a ordonné une interdiction immédiate des services sans permis comme UberPop dans la région de Paris, mais a demandé que la violence contre ces conducteurs cesse.«Nous appelons au calme. Nous sommes dans un État de droit. Un État de droit n'est pas un État de violence», a-t-il déclaré.La colère des chauffeurs couve depuis plusieurs semaines en raison de la présence de plus en plus forte du service Uber constitué de citoyens qui font monter dans leur voiture personnelle des clients voulant se déplacer à moindres coûts. Malgré des réglementations cherchant à contrer le service d'Uber, ses conducteurs sillonnent encore les rues françaises et la compagnie américaine qui promeut Uber maintient le recrutement de citoyens qui veulent s'y joindre. La compagnie née aux États-Unis affirme avoir environ 400 000 clients par mois en France.Les chauffeurs de taxi reprochent à Uber de leur livrer une concurrence déloyale. Au cours des dernières semaines, près de 100 conducteurs d'Uber ont été attaqués, parfois devant des clients. Un client qui a louangé le service a été battu.La présence d'Uber provoque aussi des remous ailleurs. Au Canada, le service de covoiturage fonctionne à Edmonton, Toronto, Ottawa, Montréal et Québec, mais l'entreprise a dû cesser ses activités à Vancouver et Calgary.