NOUVELLES
26/06/2015 10:31 EDT | Actualisé 26/06/2016 01:12 EDT

France/attentat: la femme et les voisins décrivent "la vie normale" du suspect

"Trois enfants, une vie normale": l'épouse de Yassin Salhi, auteur présumé de l'attentat jihadiste commis vendredi près de Lyon, dans le centre-est de la France, s'est montrée incrédule après l'interpellation de son mari tandis que les voisins évoquaient un homme "discret".

"J'ai le coeur qui va s'arrêter, qu'est-ce qui se passe?", s'est-elle affolée, interrogée par la radio Europe 1. Elle a ensuite été interpellée par la police à son domicile de Saint-Priest, une ville ouvrière dans la banlieue de Lyon.

"Il est parti au travail ce matin à 07H00", a-t-elle raconté, expliquant que son mari "fait de la livraison (...) livre des cartons, des commandes, des choses comme ça". "Hier, il était au travail, il est rentré, normal. On a passé une nuit normale", a-t-elle ajouté.

"On est des musulmans normaux, on fait le ramadan. Normal. On a trois enfants, une vie de famille normale", résume-t-elle, ne voyant "pas l'intérêt ou pourquoi" il aurait agi de la sorte.

Son épouse dit avoir appris "les mauvaises nouvelles" par sa belle-soeur. "Au journal, ils disent que c'est un acte terroriste mais c'est pas possible, moi je le connais, c'est mon mari, on a une vie de famille normale", a-t-elle insisté.

Dans le quartier tranquille où résident le couple et ses trois enfants de 6 à 9 ans, les voisins les décrivent comme "une famille discrète". "Leurs enfants jouent avec les miens; ils sont tout à fait normaux et câlins", a déclaré une voisine d'une quarantaine d'années, qui refuse de donner son nom.

La famille Salhi habite au premier étage d'un petit immeuble social de trois étages. Une bâche blanche a été disposée par la police pour masquer l'entrée et deux policiers en civil, armés, étaient en faction devant la porte.

Une femme, portant un enfant dans les bras, puis une deuxième personne, en sont sorties dissimulées sous un drap blanc en milieu d'après-midi et ont été aussitôt emmenées dans des véhicules de police.

Une vingtaine de voisins se sont agglutinés dans le calme devant les grilles de l'immeuble.

L'un d'eux, âgé d'une cinquantaine d'annnées, dit à propos de Yassin Salhi: "Il ne parlait à personne. On se disait juste +bonjour-bonsoir+." Le suspect ne se distinguait pas non plus par sa tenue. "Il avait juste une petite barbe", selon lui.

Un jeune présent sur place affirmait n'avoir "jamais vu" Yassin Salhi à la mosquée de Saint-Priest.

Yassin Salhi, 35 ans, est soupçonné d'être l'auteur de l'attentat qui a fait un mort par décapitation dans une usine de gaz industriels de Saint-Quentin-Fallavier.

Il a été fiché de 2006 à 2008 par les services de renseignements pour "radicalisation" et était "en lien avec la mouvance salafiste", a affirmé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

pta/fff/mw/blb/ial/